L'éternel Federer fait le grand huit dans son jardin

AFP

Impérial en finale face à un Marin Cilic diminué (6-3, 6-1, 6-4), Roger Federer a remporté ce dimanche le tournoi de Wimbledon pour la huitième fois de sa carrière. Désormais détenteur de 19 titres du Grand Chelem, le Suisse fonce vers la place de numéro 1 mondial. Et repousse les limites de l’entendement.

Il y a seulement quelques années, voir une telle omniprésence de trentenaires jouant les premiers rôles en sport ressemblait fort à une incongruité. Et voir des joueurs de plus de 35 ans d’une telle régularité au plus haut niveau du tennis mondial n’était même pas rare mais bien impossible. Au lendemain de la défaite en finale d’une Venus Williams de 37 printemps (et qui vise… les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020), Roger Federer confirme qu’il est bien le plus beau pied de nez de l’histoire de l’ATP en triomphant face à Marin Cilic (6-3, 6-1, 6-4) en finale de Wimbledon.

Les larmes de Cilic

Il faudra peut-être que le Suisse songe à faire don de son corps à la science. Afficher une telle maîtrise, une telle forme physique à un tel niveau est simplement prodigieux. Malheureusement pour lui et les livres d’histoire, cette finale ne restera pas dans les annales. La faute à un Marin Cilic diminué, qui a même éclaté en sanglots de douleur au moment de faire appel au médecin alors qu’il prenait le bouillon dans le deuxième set.

Son affligeant pourcentage de premières balles (49%) en première manche laissait augurer une blessure à l’épaule. Mais c’est semble-t-il son pied gauche, déjà bandé, qui a posé le plus de soucis au Croate. Le vainqueur de l’US Open 2014 a tout de même terminé son match. Pour l’honneur, le temps de prendre une correction.

19 Grands Chelems, 8 Wimbledon et une faim insatiable

Pendant que son adversaire fondait en larmes, Roger Federer ne sortait pas de son éternelle concentration. Homme de glace, comme souvent dans les grands rendez-vous. On ne remporte pas la bagatelle de 19 titres du Grands Chelems sans cela. Il n’a pas eu à forcer son légendaire talent, s’appuyant sur un service très correct et un tout petit nombre de fautes directes. Et dire qu’avant la compétition il citait, à son entourage, Marin Cilic comme son rival le plus dangereux avec Rafael Nadal…

Ce Central Court, Roger Federer le connaît par cœur. Le voici désormais détenteur de huit titres à Wimbledon. Le Suisse est désormais seul recordman, avec un sacre de plus que William Renshaw et Pete Sampras. Dix-neuf ans après son titre sur le gazon londonien… en junior, le joueur marque un peu plus l’histoire. En avait-il encore besoin ? 93 titres en carrière, 29 finales de Grand Chelem (19 gagnées) dont 11 à Wimbledon…

L’US Open est à sa portée

Roger Federer défie toujours le temps, l’Open d’Australie et Wimbledon sous le bras cette année et la place de numéro 1 mondial en ligne de mire (lundi, il sera troisième à l'ATP, juste derrière Rafael Nadal). « Gagner l'Open d'Australie, Indian Wells et Miami, oui, ça m'a complètement surpris, c'était un peu comme un rêve, expliquait-il après sa demi-finale. Mais Wimbledon, c'était dans mon esprit quand je me suis arrêté début avril. J'ai travaillé pour ça, le but c'était Wimbledon. » Un sixième US Open est-il à la portée de celui qui en était encore finaliste en 2015 ? Zapper la saison sur terre battue était en tout cas la bonne décision. On devrait arrêter de douter des plans d’une légende.