<

Nadal, "un mutant en évolution permanente"

AFP

En décrochant cette nuit le 16e titre de Grand Chelem de sa carrière après avoir remporté haut la main la finale de l’US Open, Rafael Nadal a de nouveau impressionné tout son monde. A commencer par l’un des coaches références du circuit, Patrick Mouratoglou.

Un peu plus près de l’étoile Roger Federer (36 ans) se positionne à grandes enjambées la star Rafael Nadal (31 ans), lauréat cette nuit de son 16e titre du Grand Chelem (contre 19 pour le Suisse) après avoir fessé le Sud-Africain Kevin Anderson en finale de l’US Open. Une trajectoire inouïe pour l’Espagnol dont on ne donnait pas très cher la peau, du corps et des os il y a encore un an. Mais douze mois plus tard, l’Espagnol s’est reconstruit pour ne pas dire renouvelé ce qui lui a permis de rafler la place de numéro un mondial, deux tournois du Grand Chelem (son 10e Roland-Garros et son 3e Us Open), deux Masters 1000 (Monte Carlo et Madrid) ainsi que le Masters 500 de Barcelone. Pas mal pour un « Taureau de Manacor » qu’on pensait définitivement cramé et sur les rotules.     

"Il a été exceptionnel"

« Cette victoire nous rappelle juste que Rafael Nadal est un mutant, a tenu à souligner Patrick Mouratoglou, coach de référence du circuit mondial en charge, notamment, de Serena Williams. Un mutant c’est-à-dire quelqu’un qui est en évolution permanente. Il a toujours fait évoluer son jeu pour atteindre ses objectifs et cette victoire sur dur après tant d’échecs. Il s’y est préparé pendant toute la tournée (américaine, ndlr), il a travaillé son jeu, il a modifié des choses pour être plus efficace sur dur. Et il en arrive à jouer extraordinairement bien dans cet US Open. Dans cette transition de la défense à l’attaque, il a été exceptionnel et ça sur dur, c’est très important. »

"Pas sûr que Rafa batte le record de Roger"

Avec cinq années de moins au compteur que son glorieux aîné, Roger Federer, Rafael Nadal peut-il dès lors envisager de battre le record absolu de titres du Grand Chelem détenu actuellement par le Suisse ? Une perspective que n’envisage pas de sitôt Mouratoglou. « Federer a gagné deux titres du Grand Chelem supplémentaires cette année, tout comme Nadal. Donc à partir du moment où les deux avancent au même rythme, ça va être compliqué pour Nadal de la dépasser. La question, c’est est ce que Rafa va de nouveau arriver à dominer Roger comme il l’avait fait précédemment. Le rapport de force est inversé cette année. Si le rapport de force reste tel qu’il est aujourd’hui, je ne suis pas sûr que Rafa battra le record de Roger. Si en revanche, il parvient de nouveau à dominer Roger, dans ce cas-là il aura de bonnes chances de le faire. »