<

Federer toujours plus dans la légende

Roger Federer
Roger Federer AFP

A 35 ans et cinq ans après son dernier sacre dans un Majeur, Roger Federer a décroché le 18e Grand Chelem de sa carrière en remportant ce dimanche la finale de l’Open d’Australie face à Rafael Nadal (6-4, 3-6, 6-1, 3-6, 6-3). Le Suisse, qui arrivait dans la peau du 17e joueur mondial, signe un nouvel exploit retentissant. Et tellement inattendu. 

On les disait finis et plus dans la course pour remporter encore un Grand Chelem. Mais Roger Federer et Rafael Nadal étaient bien les deux finalistes de l’Open d’Australie, ce dimanche sur la Rod Laver Arena. Les deux monstres du tennis mondial se sont livrés un combat comme aux plus belles heures de leur rivalité. En cinq sets et 3h37 de jeu. Comme ne le voulait pas forcément la coutume (6-2 pour l’Espagnol en finale de tournois du Grand Chelem avant la rencontre), Roger Federer en est sorti vainqueur pour s’offrir un 18e titre en Majeur. Le premier depuis sa finale remportée à Wimbledon en 2012 face à Andy Murray. 

L’histoire d’une résurrection pour le Suisse qui abordait le tournoi de Melbourne dans la peau du 17e joueur mondial. Un classement presqu’anonyme puisqu’il avait écourté sa dernière année pour soigner un genou et prendre le temps de reposer son corps. Pour revenir plus fort. Nadal aussi s’était requinqué après une dernière année très compliquée également. Les deux hommes ont pu se livrer un combat féroce où chacun aura eu sa chance. A force d’insister, Federer a finalement au le dernier mot dans un cinquième et dernier set irrespirable.

Federer réaliste, Nadal lui répond

Avant d’en arriver là, il a d’abord parfaitement débuté en asphyxiant par des balles tapés dans un timing extrêmement court. Il a conclu sa seule et unique balle de break pour s’offrir la première manche. Mais Nadal a retrouvé sa verve en même temps que Federer perdait son feu sur le service (aucun ace dans le deuxième set, 17 sur l’ensemble du match). Breaké à deux reprises, Federer a réussi à faire illusion sans parvenir à remonter tout son retard. Il laissera la deuxième manche au Majorquin pour mieux le punir dans une troisième à sens unique (6-1). 

Comme s’ils étaient mis d’accord pour offrir un feu d’artifice en cinq sets pour cette représentation que plus personne n’espérait, Nadal a ensuite remis le carbu. Toujours propre dans le jeu (3 fautes directes, contre 13 pour Federer), il a aussi remis les jambes pour couvrir plus de terrain que le Suisse, poussé dans ses retranchements et contraint de lâcher du lest (6-3). 

Federer conclut sur un 5-0

Comme en demi-finale face à Wawrinka, Federer a laissé passer l’orage. Il grondait fort pourtant quand Nadal lui a pris son service d’entrée de cinquième set et qu’il n'a rien lâché a serré sur sa mise en jeu. A 35 ans, Federer n’a plus de temps à perdre pour marquer un peu plus l’histoire. Alors, il a insisté aussi fort. Mené 3-1, Federer n’a cessé d’attaquer la mise en jeu de son adversaire qu’il a mis du temps à se mettre dans la poche. Il ne s’est pas résigné et est parvenu à ses fins pour recoller avant de s’envoler. Il a pris le service de l’Espagnol une deuxième fois (11 balles de break dans le 5e set, 2 converties) pour s’envoler au septième ciel après avoir infligé un 5-0 à son meilleur ennemi. 

Federer donne rendez-vous à l’année prochaine

Federer s’est adjugé le titre sur un dernier challenge de Nadal, abattu après avoir échoué si près du but. Peut-être que lui non plus ne s’imaginait pas sur ce court ce dimanche il y a encore quelques semaines. Il le quitte en vaincu et laisse les lauriers au roi Roger. Mais il aura contribué à faire vivre l’une des finales les plus nostalgiques du circuit ATP. Auréolé de sa nouvelle couronne, Federer, lui, ne regarde pas encore dans le rétroviseur. Il a déjà donné rendez-vous à l’année prochaine. Inoxydable. Et tellement géant.