<

Les Bleues de Noah font flop face à la Suisse

AFP

Finalistes malheureuses de la dernière édition, les Françaises ont été sorties dès le premier tour de la Fed Cup ce week-end, battues par la Suisse à Genève (3-1). Un gros flop qui fera rejaillir les tensions internes.

Une victoire face à la Suisse, un gros morceau, aurait apaisé un peu les esprits. La défaite est dure à avaler… parce qu’elle paraissait inéluctable. Trop d’interrogations, trop de remous en dehors des courts pour espérer que l’équipe de France de Fed Cup fasse un coup. Les Bleues, finalistes de la dernière édition, sont donc éliminées d’entrée après leur défaite face aux Suissesses ce week-end (3-1).

Un dimanche noir

Les deux équipes étaient dos à dos après les deux premiers simples du samedi : Alizé Cornet avait, comme elle en a trop l’habitude en Fed Cup, perdu le premier match face à Timea Bacsinszky (7-5, 6-4) tandis que Kristina Mladenovic avait déroulé contre Belinda Bencic (6-3, 6-4). Double raté en revanche ce dimanche, même si la meilleure Française au classement dans l’équipe (31e) a cru renverser Timea Bacsinszky en plus de trois heures (7-6, 4-6, 7-5). Avant de voir Pauline Parmentier se faire balayer par Belinda Bencic (6-3, 6-4).

Que l'équipe redevienne une priorité

AFP

Défaite des Bleues… Qui aurait prédit le contraire ? Le départ d’Amélie Mauresmo, enceinte, avait poussé la Fédération française de tennis à faire appel à Yannick Noah. Un cumulard qui s’occupe déjà de l’équipe de France de Coupe Davis et était d’ailleurs au Japon le week-end dernier pour la qualification des Bleus pour les quarts de finale. Sa nomination était censée apaiser les tensions et faire passer l’arrivée de Mary Pierce dans le staff.

Mais le capitaine n’est pas parvenu à retourner le cerveau d’une Caroline Garcia (25e mondiale) héroïque en Fed Cup l’an passé et qui a choisi de privilégier sa carrière personnelle. Tout juste a-t-il réussi à retenir Kristina Mladenovic. Même Océane Dodin a préféré déserter. Il fut un temps où jouer pour l’équipe de France était un honneur. La grosse mission de ces prochains mois sera de faire en sorte que ça le redevienne.