<

UFC 225 : CM Punk, un combat pour la crédibilité

Phil "CM Punk" Brooks
Phil "CM Punk" Brooks

Vingt et un mois après sa première dans l’Octogone, où il avait subi une véritable leçon de MMA, Phil « CM Punk » Brooks fait son retour à l’UFC ce samedi soir à Chicago à l’occasion de l’événement UFC 225 (en direct à partir de 4h dans la nuit de samedi à dimanche sur SFR Sport 5). Face à un adversaire lui aussi sans expérience ou presque, l’ancienne superstar du catch espère montrer ses progrès dans un combat placé en pay-per-view sur le seul pouvoir d’attraction de son nom.

Sa première, en septembre 2016, avait viré au supplice. Pour l’intéressé comme pour les spectateurs. Le premier affichait son côté biche prise dans les phrases d’une voiture. Les seconds se cachaient un peu les yeux, gênés devant la leçon de MMA (arts martiaux mixtes) infligée au débutant. Ancienne superstar du catch à la WWE (World Wrestling Entertainment), « CM Punk » – de son vrai nom Phil Brooks – avait entamé un nouveau chapitre de sa vie en rejoignant fin 2014 l’UFC, plus grande organisation de combats de MMA à travers la planète. Après près de deux ans à se préparer dans la salle de Roufus Sport, l’Américain avait effectué ses premiers pas dans l’Octogone lors de l’événement UFC 203 en septembre 2016 face à Mickey Gall, jeune espoir de l’UFC… qui avait détruit Punk, forcé à la soumission en moins d’un round et sans trembler.

Face à lui, un Brooks qui semblait avancer tout droit pour tenter de toucher en espérant ne pas l’être. Il y avait du boulot, quoi… Vingt et un mois plus tard, on va savoir s’il a payé. Car l’ancien catcheur de trente-neuf ans – quarante en octobre – remet ça ce samedi à Chicago à l’occasion de l’événement UFC 225 (en direct à partir de 4h dans la nuit de samedi à dimanche sur SFR Sport 5). Son adversaire dans ce combat catégorie welters ? Son compatriote Mike Jackson, passé par le kickboxing et la boxe en amateur mais plus connu comme journaliste et photographe de MMA ! Qui présente lui aussi un seul combat en MMA et à l'UFC sur son CV en février 2016 face à… Mickey Gall, vainqueur sur soumission dès le premier round pour s’offrir le droit d’être le premier combattant opposé à… CM Punk dans l’Octogone.

Une sorte de boucle bouclée, quoi, qui doit lui permettre d’offrir un meilleur visage pour ce qui sera sans doute sa dernière à l’UFC en cas de défaite. Avec une seule question intéressante autour d’un combat qui ne l’est pas : Phil Brooks, pas favori aux yeux des spécialistes, va-t-il faire mieux ? Avec près de deux ans en plus pour se préparer, l’inverse serait étonnant. Duke Roufus, coach principal de sa salle, en convenait en mars au micro de The Luke Thomas Show : « Il est 200% meilleur. Il s’est beaucoup amélioré. C’est un type génial car il est célèbre mais il est différent de toutes les célébrités que je connais. Il travaille très dur. »

« Ses techniques sont meilleures tout comme sa compréhension du sport »

Combattant UFC et partenaire d’entraînement de Punk, Sergio Pettis n’en disait pas moins dans l’émission BJ Penn Radio, toujours en mars : « CM Punk évolue beaucoup. Il est là tous les jours et s’entraîne dur. Notre camp n’est pas facile, on s’entraîne le matin et le soir, et il est là à chaque fois. Je vois beaucoup d’améliorations chez lui. Ses techniques sont meilleures tout comme sa compréhension du sport. Il est plus à l’aise car il comprend mieux les positions et les mouvements au lieu de se contenter de réagir. Je pense qu’il va bien mieux s’en sortir pour son deuxième combat. » Sa ceinture bleue de jiu-jitsu brésilien, remise en décembre par l’illustre Daniel Wanderley, témoigne des progrès. Mais de là à mériter de prendre l’un des cinq spots de la carte d’un PPV…

Instagram

Soyons clair, sur le strict plan sportif, Brooks ne devrait même pas s’approcher d’une telle position. L’intéressé en a lui-même convenu sur les réseaux sociaux : « Si cela ne tenait qu’à moi, je ne serais que le premier combat sur le Fight Pass ». Voire plus loin si l’on en croit Joe Rogan. « Ce combat devrait se dérouler dans un événement amateur, estime le commentateur de l’UFC dans son podcast Joe Rogan Experience. C’est la réalité. Ces gars sont en train d’apprendre à combattre et ils sont en PPV. C’est dingue ! » On ne peut pas croire Rogan si naïf mais on lui rappellera juste que le MMA reste le MMA. Une discipline qui s’est petit à petit invitée dans l’imaginaire du grand public grâce à un mélange de sport de très haut niveau et de spectacle à fort pouvoir d’attraction offert par des « stars ». CM Punk, qui avait touché une bourse de base (avant bonus) de 500.000 dollars à rendre jaloux plus d’un combattant pour sa première lors de l’UFC 203, rentre sans discussion dans la seconde catégorie. Et peut attirer sur son seul nom.

Les fans se plaignent que son combat face à Jackson relègue celui des lourds entre Alistair Overeem et Curtis Blaydes aux dans la partie « préliminaires » de l’UFC ? La réponse de White, balancée lors d’une récente conférence de presse, fuse comme un crochet bien envoyé : « Quand Alistair Overeem vendra autant de pay-per-views que CM Punk, on pourra en débattre… » Car Brooks draine dans son sillage un public de fidèles qui le suit depuis ses années de catcheur. Un mouvement qui sera encore plus prégnant à l’UFC 225 devant les fans de Chicago, sa ville, qui l’ont toujours soutenu dans toutes ses aventures. Et que Jackson avait parfaitement résumé il y a plus de deux ans dans des propos rapportés par le site MMA Mania : « Est-ce que CM Punk mérite sa place à l’UFC ? Non. Moi non plus d’ailleurs. Mais Punk est là pour une raison financière et on ne peut pas le jeter dans la gueule du loup face à un combattant expérimenté. » Ce sera donc face à lui, un Jackson qui réclame ce combat depuis plus de deux ans et s’est plaint dans le passé du « manque de respect » de CM Punk qui l’avait défini comme « bidon ».

Que peut-on en attendre ? Rien. C’est plus facile pour ne pas être déçu. Homme intelligent et honnête, au point d’avouer ne pas avoir effectué la séance publique programmée par l’UFC cette semaine en raison de sa « sévère anxiété » face aux regards dans des situations où il s’entraîne (tout de même bizarre pour quelqu’un qui faisait face à des dizaines de milliers de spectateurs en tant que catcheur…), CM Punk a conscience que sa nouvelle carrière aurait du mal à se remettre d’une prestation indigne d’un homme se préparant à cela depuis trois ans et demi. A l’UFC, en tout cas. Pas grave pour cette dernière, qui cherche plus à exploiter la potentielle vache à lait qu’à créer un parcours à long terme… « Je ne pense pas que l’UFC souhaite vraiment le voir gagner, avançait Jackson ces derniers mois. Si c’était le cas, ils lui auraient trouvé un premier adversaire plus facile pour le protéger. C’est juste quelque chose qu’il voulait essayer pour voir comment cela allait se passer et dont ils profitent car ça leur rapporte. » On laisse la conclusion, parfaite, au site BloodyElbow : « Si CM Punk combat, je préférerais le voir affronter Daniel Bryan. Sérieusement. » Pour info, le dénommé Daniel Bryan est une superstar du catch. Les fans de ce dernier et de MMA approuveront.