<

UFC 222 : Cyborg prête à relever le défi du choc des championnes de Nunes

Panoramic

Victorieuse de la Russe Yana Kunitskaya sur arrêt de l’arbitre au premier round ce samedi soir à Las Vegas lors de l’événement UFC 222, Cris « Cyborg » Justino a conservé sa ceinture des plumes et ne semble plus avoir de concurrence dans sa catégorie. Mais la Brésilienne est désormais ouverte à un choc face à sa compatriote Amanda Nunes, championne des coqs de l’UFC, un « super combat » qui pourrait avoir lieu en juillet prochain à Las Vegas à l’occasion de l’UFC 227.

Le fantasme d’un combat de boxe contre la Norvégienne Cecilia Braekhus, reine du noble art, devrait attendre 2019. En attendant, il faudra bien trouver des adversaires à Cris « Cyborg » Justino. Championne des plumes de l’UFC et invaincue depuis son premier combat pro en mai 2005, la Brésilienne a conservé sa ceinture ce samedi à Las Vegas lors de l’événement UFC 222 en laminant Yana Kunitskaya, arrêtée par l’arbitre dans le premier round – son dix-septième succès sur KO ou TKO sur ses vingt victoires en carrière – sur une furie de coups de poings. Ancienne de l’organisation 100% féminine Invicta, dans laquelle Cyborg avait également remporté le titre des plumes, la Russe montait pour la première fois dans l’Octogone de l’UFC pour l’occasion. Le symbole d’une Cyborg qui a éparpillé la concurrence façon puzzle et ne semble plus avoir de défi face à elle dans sa division. Alors il faut aller en chercher un ailleurs.

Du côté des coqs, par exemple, et de la détentrice de leur ceinture Amanda Nunes. Qui n’a pas hésité à provoquer sa compatriote ces dernières semaines dans le but d’obtenir un « super combat » entre championnes. « Ce n’est pas personnel, je crois juste que c’est le combat que tout le monde veut voir et qui peut nous permettre de laisser notre marque sur ce sport », avait-elle ainsi tweeté début janvier. D’abord contre l’idée pour privilégier des combats contre des représentantes de sa catégorie, puis plus ouverte à la chose si elle se déroulait « sur une grosse carte » pour compenser « le manque d’attractivité » de Nunes (dont elle avait également critiqué le coach chez American Top Team, Conan Silveira, qui l’avait poussé à accepter ce défi pour « laisser (s)on nom dans l’histoire »), Cyborg a fini par ouvrir pour de bon la porte à ce choc à l’issue de sa victoire sur Kunitskaya : « Quand vous défiez Cyborg, vous devez assumer derrière ». Avant d’en rajouter une couche en conférence de presse : « Amanda va défendre sa ceinture en mai au Brésil, je crois, et de mon côté je devrais combattre. Ce n’est pas moi qui la défie, c’est l’inverse, mais oui, je peux la combattre en juillet. »

La Brésilienne fait référence à l’UFC 226, le 7 juillet, l’un des grands rendez-vous annuels de l’UFC en pay-per-view dans le cadre de la « Fight Week » de Las Vegas. D’ici là, Nunes devrait remettre son titre en jeu face à l’Américaine Raquel Pennington – un combat qui n’a pas encore été officialisé – à l’occasion de l’UFC 224 le 12 mai à Rio. Mais en cas de victoire, sa compatriote devrait ensuite se présenter sur sa route. Une perspective confirmée par Dana White, patron exécutif de l’UFC : « Cyborg est une bête. Le combat à organiser est entre Nunes et elle. C’est ce qui doit se passer. Nunes veut ce combat, je veux ce combat, je suis sûr que le public le veut également et on va faire en sorte que ça arrive. » White reconnaît même qu’il n’aurait pas été contre opposer les deux dès le mois de mai à Rio.

Mais Cyborg préfère attendre. « Je pense que c’est trop tôt pour moi, explique la championne des plumes, dont la ceinture devrait être en jeu contre Nunes qui monterait de catégorie pour l’occasion. Je dois d’abord aller au Brésil car j’ai beaucoup de choses à gérer là-bas. Je dois adopter ma nièce (une petite fille de douze ans dont elle s’occupe depuis des années mais dont on ne sait pas si elle appartient vraiment à sa famille ou si le mot « nièce » fait juste référence à leur proximité, comme c’est parfois le cas au Brésil, ndlr) et la ramener aux Etats-Unis. » Mais peu importe le lieu ou la date, Cyborg – qui a souvent refusé de faire face à des compatriotes – ne craint pas ce défi. « Je respecte le fait qu’elle soit championne chez les coqs mais je ne pense pas qu’elle ait déjà affronté quelqu’un comme moi, estime-t-elle. Elle a déjà un peu combattu chez les plumes mais quand on était toutes les deux chez Strikeforce, on n’a jamais eu l’opportunité de s’affronter car elle n’en a jamais été proche. Maintenant qu’elle a la ceinture des coqs, elle me défie. OK, organisons ce combat. Je vais m’entraîner et arriver prête. Je ne penserai même pas à ce qu’elle va me faire, juste à ce que je vais lui faire. » Tout un programme. Qui donne envie.