UFC 219 : Khabib-McGregor, ce fantasme qui fait tant envie

Khabib Nurmagomedov
Khabib Nurmagomedov Getty Images

Impressionnant vainqueur du Brésilien Edson Barboza ce samedi à Las Vegas lors de l’UFC 219, Khabib Nurmagomedov a poussé son bilan en carrière à 25-0 et renforcé son statut de challenger plus que légitime au titre des légers. Une catégorie en plein imbroglio avec deux champions pour l’instant absents de l’Octogone, Tony Ferguson (intérimaire) et Conor McGregor (régulier). Et le monde du MMA de continuer à rêver à un choc entre l’Irlandais et le combattant venu du Daghestan. 

Comment va se régler l’imbroglio de la catégorie des légers de l’UFC ? Déjà débattue avant, la question est revenue en force dans l’Octogone ce samedi à Las Vegas avec la démonstration technique signée Khabib Nurmagomedov face à Edson Barboza lors de l’événement UFC 219. Car difficile d’imaginer la façon dont vont tourner les choses dans ce billard à trois bandes. La première ? Conor McGregor, le champion régulier, qui n’a plus combattu à l’UFC depuis qu’il a pris la ceinture à Eddie Alvarez en novembre 2016 et semble pour l’instant heureux de profiter du gros chèque touché pour avoir partagé un ring de boxe avec Floyd Mayweather en août, aucun timing pour un retour à l’UFC n’ayant été annoncé. La deuxième ? Tony Ferguson, détenteur de la ceinture intérimaire depuis sa victoire sur Kevin Lee en octobre mais actuellement sur le flanc en raison d’une opération au coude. La troisième ? Khabib, qui a poussé son bilan en carrière à 25-0 (9-0 à l’UFC) et renforcé un peu plus son statut de challenger plus que légitime à la couronne des légers.

Le problème, donc, c’est qu’il n’a pour l’instant personne à défier. « Je ne pense pas à ces deux guignols, je ne pense qu’à moi », s’en est-il amusé au micro quelques secondes après sa victoire sur Barboza, coiffe Papakha traditionnelle sur la tête (et sur celle du journaliste). Avant poursuivre toujours avec humour sur le thème « je suis chaud, donnez-les-moi tout de suite » : « Avec une heure de repos, je peux affronter Conor ou Tony, aucun problème ! » Et de conclure avec un petit tacle à McGregor : « Il doit dépenser tout l’argent qu’il a gagné. Quand il n’y en aura plus, il reviendra combattre. Je préférerais prendre Tony Ferguson (qu’il devait affronter en mars à l’UFC 209 avant d’être hospitalisé suite à sa perte de poids, ndlr). Il est sur une série de victoires contre des légers et je suis invaincu toute ma carrière. » En conférence de presse, Khabib s’est même essayé à une proposition impossible pour dépatouiller la situation au plus vite. « Si l’UFC l’approuve, je peux peut-être affronter les deux le même soir. Je ne rigole pas. Je peux le faire. Pourquoi pas ? Je viens de combattre Barboza pendant quinze minutes et je suis frais. »

Autant prévenir les plus rêveurs, cela n’arrivera pas. La déclaration de Nurmagomedov n’est pas faite pour ça mais pour rappeler qu’il a bien sa place dans ce triangle pour le trône des légers. Et qu’il est temps pour ses rivaux de mettre de côté les critiques qu’ils ont balancées à son encontre lors de ses blessures ou de son incident médical en mars dernier. « Je dois rester humble mais je dois aussi fracasser ces gars car ils parlent trop quand je suis absent, a-t-il lancé devant les médias présents à Vegas. Je n’ai aucune envie d’être blessé ou de devoir aller à l’hôpital. Mais parfois, cela arrive. Et vous ne pouvez pas dire de la merde comme ça sur quelqu’un qui subit une telle situation. Ils déblatèrent sur moi quand je ne suis pas là. Mais où sont ces gars aujourd’hui ? »

Mais au fait, pour lui, qui est le champion le plus légitime ? McGregor ou Ferguson, qui a promis via Twitter ce samedi de battre Conor et Khabib avant de monter chez les welters pour tenter d’y remporter le titre ? La réponse penche vers l’intérimaire, question de CV dans la catégorie, même si l’invaincu du Daghestan se voit surtout lui-même comme le patron de la catégorie. « La vraie ceinture, c’est mon bilan de 25-0, fanfaronne-t-il. Les autres sont des fausses. Mais si je dois choisir, la vraie ceinture est celle de Ferguson. Conor n’a qu’un seul combat chez les légers à l’UFC et il est champion. C’est un bon combattant mais pas un champion. Je pense que beaucoup de gens peuvent le battre à ce poids. Il est bon sur sa boxe, sur son timing, mais il n’a pas la lutte, le travail au sol et la condition physique dans son arsenal. »

« Khabib en Russie ? C’est bien une option possible »

Préférence pour Ferguson ou pas, on sent dans ses mots que le garçon de 29 ans a très envie de se farcir McGregor. Cela tombe bien, « The Notorious » a expliqué ces derniers mois que la possibilité de venir affronter Nurmagomedov sur son sol, en Russie, où il est une superstar, l’intéressait. « C’est bien une option possible, avait-il confirmé en septembre à Glasgow à l’occasion d’un événement payant appelé An Evening With Conor McGregor. C’est une des choses que j’ai envie de faire. Est-ce que ça pourrait être mon prochain combat ? Je ne sais pas. Je ne sais même pas si on est proche de pouvoir organiser un tel événement là-bas… » A coup sûr, Khabib adorerait. D’autant que ce maître du travail au sol n’imagine pas celui qui préfère faire parler ses poings pouvoir le mettre en danger en dehors du début de combat. « Si je combats Conor, selon moi, sa chance de gagner sera avec la boxe et pour seulement quelques minutes. Mais il peut s’inquiéter quand on se mettra à lutter. On a beaucoup de moyens pour le battre. » Il faut l’avouer : cette perspective de voir McGregor revenir dans l’Octogone pour relever le défi de Khabib devant des dizaines de milliers de ses supporters russes donne très envie. Avec deux styles opposés, deux grandes gueules et de nombreux supporters dans les deux camps, le combat comme son approche ont le potentiel pour faire des étincelles. Allumer un brasier, même. Reste à savoir si le fantasme deviendra un jour réalité.