<

Sacrés, Davis et Charlo se placent pour Lomachenko et Golovkin

Gervonta Davis
Gervonta Davis Panoramic

Vainqueurs de Jesus Marcelos Andres Cuellar et Hugo Centeno Jr ce samedi soir à Brooklyn, les Américains Gervonta Davis et Jermall Charlo ont respectivement remporté les titres WBA Super des super-plumes et WBC par intérim des moyens. Le premier, protégé de Floyd Mayweather, pourrait à terme défier Vasyl Lomachenko, champion dans cette division. Le second, frère jumeau du champion WBC des super-welters Jermell, espère pouvoir défier Gennady Golovkin pour le « vrai » titre WBC de la catégorie dont il est désormais le challenger officiel.

Ils ont été champions dans la même catégorie, les super-welters. Ils le sont désormais pour le même organisme. Alors que son frère jumeau Jermell détient la ceinture WBC des super-welters, Jermall Charlo est devenu le nouveau champion WBC par intérim des moyens ce samedi à Brooklyn en infligeant un KO à Hugo Centeno Jr (26-2 ; 14 KO) dès la deuxième reprise d’un crochet du gauche. Toujours invaincu (27-0 ; 21 KO), tout comme son frère (30-0 ; 15 KO), l’Américain de vingt-sept ans espère désormais pouvoir se mesurer à Gennady Golovkin (37-0 ; 33 KO), le Kazakh détenteur des titres WBC, IBF et WBA de la catégorie, dont il est le challenger officiel pour le WBC. « Mon parcours jusque-là a été incroyable et je suis maintenant un double champion du monde, a lancé Charlo. Mais je veux le vrai titre WBC ! Amenez-moi GGG ! Je veux ce combat ! »

Le Kazakh doit d’abord remettre ses ceintures en jeu le 5 mai à Carson (Californie) face à l’Américain d’origine arménienne Vanes Martirosyan (36-3 ; 21 KO), un combat critiqué par beaucoup d’adversaires en raison du niveau du challenger car monté en dernière minute pour permettre à Golovkin de boxer en l’absence de Saul « Canelo » Alvarez, suspendu six mois pour dopage… et qui devrait pouvoir défier une nouvelle fois GGG à l’automne. Et ensuite, Charlo pour le vainqueur ? Comme toujours dans la boxe, les difficultés à réunir sur un même ring des combattants liés à des diffuseurs différents compliqueront les négociations. Mais l’intéressé reste confiant, à raison vu sa position de challenger officiel. « Tout le monde m’évite mais avec moi, on n’est jamais déçu, a lancé Jermall. Les diffuseurs et nos camps peuvent s’arranger pour trouver un terrain d’entendre et mettre ce combat en place. J’ai le meilleur manager au monde. Je suis à 27-0 avec 21 KO. Qu’est-ce que je peux dire de plus ? »

« J’ai prouvé que j’étais un vrai champion »

Cette réunion de Brooklyn, dont le spectaculaire combat principal s’est conclu en nul entre les Américains Adrien Broner (champion du monde dans quatre catégories différentes) et Jessie Vargas (sacré dans deux catégories), a également vu Gervonta Davis ne pas traîner pour s’emparer du titre WBA Super des super-plumes avec une victoire sur l’Argentin Jesus Marcelos Andres Cuellar (28-3 ; 21 KO) par TKO dès la troisième reprise. Le protégé de Floyd Mayweather, vingt-trois ans (20-0 ; 19 KO), a livré une performance de choix, comme s’il tenait à mettre les points sur les i après sa dernière apparition sur un ring, en août dernier, dans la réunion du combat-cirque Mayweather-Conor McGregor, quand il avait eu des difficultés à mettre le Costaricien Francisco Fonseca KO après avoir vu la ceinture IBF des super-plumes lui être retirée pour un excédent de poids au moment de la pesée.

Un signe d’une démotivation que l’Américain a fait disparaître en déménageant son camp d’entraînement de Baltimore (Maryland) à West Palm Beach (Floride), avec Kevin Cunningham comme nouveau coach. Symbole du retour de son implication ? Davis est cette fois arrivé sur la balance bien en-dessous de la limite. Avant de livrer une démonstration de son talent entre les cordes, envoyant trois fois son adversaire au tapis. « Contre Fonseca, je n’étais pas concentré, pas assez dans le truc, a reconnu celui que l’on surnomme Tank devant les médias. C’était la deuxième fois que je combattais sur une carte de Floyd (après celle de Mayweather-Berto en septembre 2015, ndlr) et ça m'était monté à la tête. Ça s’est vu. Après le combat, on a discuté avec mon équipe et on a décidé qu’il était temps de quitter Baltimore. J’ai retrouvé ma concentration et je l’ai prouvé en redevenant champion du monde. Il y a toujours des obstacles sur la route quand tu veux atteindre le succès. Tout est dans ta capacité à rebondir et j’ai prouvé ce soir que j’étais un vrai champion. »

La suite ? Plusieurs possibilités existent. Mayweather, son promoteur, ne rate pas une occasion de répéter qu’il est très intéressé (après avoir d'abord dit qu'il était trop tôt pour cela) par la perspective de le voir face à Vasyl Lomachenko, actuel champion WBO des super-plumes qui offrirait un combat d’unification dans la catégorie et la promesse d’un choc spectaculaire à souhait entre deux pugilistes pas du genre à se cacher derrière leurs gants. Mais l'Ukrainien va défier Jorge Linares le 12 mai au Madison Square Garden de New York pour la ceinture WBA des légers du Vénézuélien. Si le numéro 1 du classement pound-for-pound de SFR Sport l’emporte, ce qui serait tout sauf étonnant, il faudra ensuite voir s’il reste chez les légers (voire plus) ou s’il se décide à redescendre en super-plumes pour y affronter Davis (ou un autre, d’ailleurs). Malin, ce dernier a donc évité de mettre tous ses œufs dans le même après sa victoire de ce samedi en évoquant son intérêt pour le vainqueur du combat entre l’Américain Tevin Farmer et l’Australien Billy Dib, dont la date n’a pas encore été fixée, qui vont s’affronter pour la ceinture IBF vacante de la catégorie : « Unifions les titres ! » Une perspective qui ne l’empêcherait pas de se tourner par la suite vers le défi Lomachenko.