<

Ramirez-Angulo : "Zurdo", l’ambitieux privé d’ambition

Gilberto Ramirez
Gilberto Ramirez

Champion WBO des super-moyens, Gilberto Ramirez remet son titre en jeu pour la quatrième fois ce samedi soir face au Colombien Roamer Alexis Angulo (en direct à partir de 3h dans la nuit de samedi à dimanche sur SFR Sport 1), boxeur invaincu mais qui ne devrait pas représenter une grande menace pour le Mexicain. Qui rêve tout haut de combats d’unification dans une catégorie où il manque d’opposition de qualité ces derniers mois.

Le Ghanéen Habib Ahmed pour entamer février et le Colombien Roamer Alexis Angulo pour boucler juin. L’identité des deux derniers adversaires de Gilberto Ramirez, inconnus de quasi tous les fans de noble art et encore plus du grand public, pointe la tendance autour de l’invaincu (37-0 ; 25 KO) champion WBO des super-moyens, premier Mexicain sacré sur le plan planétaire dans cette catégorie avec sa victoire sur l’Arméno-Allemand Arthur Abraham en avril 2016 : le manque d’opposition. Avec un promoteur, Top Rank, qui manque de talents dans sa catégorie hormis un Jesse Hart qu’il a affronté et battu sur décision unanime en septembre 2017, et plusieurs bons combattants de sa division – dont le Britannique George Groves, détenteur de la ceinture WBA Super – impliqués depuis l’été dernier dans le tournoi des World Boxing Super Series auquel Top Rank avait refusé de l’inscrire, « Zurdo » n’a pas grand-chose à se mettre sous les gants ces derniers mois.

On avait espéré très fort il y a quelques semaines, quand la société dirigée par Bob Arum avait annoncé avoir signé David Benavidez, champion WBC de la catégorie depuis septembre dernier, mais l’Américain a depuis renvoyé sa prime à la signature de 250.000 dollars pour revenir sous l’égide du promoteur Sampson Lewkowicz. Bref, sa quête de gros combats d’unification des titres semble pour l’instant au point mort. Et c’est un boxeur invaincu (23-0 ; 20 KO) mais sans grand nom à son palmarès, Roamer Alexis Angulos, qui dispute sa première chance mondiale, qui lui est offert ce samedi soir à Oklahoma City (en direct à partir de 3h dans la nuit de samedi à dimanche sur SFR Sport 1) pour garder le rythme à l’occasion de la quatrième défense de sa ceinture. Autant le dire tout de suite : on attend rien de moins, vu la différence entre les deux et son statut d’immense favori aux yeux des spécialistes comme des bookmakers, que le TKO infligé à Habib Ahmed au sixième round de leur affrontement en février.

Mais le garçon logiquement un brin frustré rêve plus grand, comme dit l’expression chère au PSG. « Je veux des combats d’unification, c’est mon but, confirme Ramirez à ESPN. Mais il faut prendre les choses dans l’ordre. J’ai d’abord ce combat compliqué contre Angulo. Et après, on regardera n’importe lequel de ces autres champions. Faisons en sorte que ça arrive. » Cela passera par une nouvelle performance de choix contre un Angulo qui ne devrait pas lui poser un problème insoluble, loin de là, même ne pas trop en connaître sur lui oblige au plus grand des sérieux. « On a regardé quelques vidéos de lui et c’est un gros puncheur, pointe celui qui a fêté ses vingt-sept ans il y a une dizaine de jours. Il a un très bon bilan et je me suis préparé dur pour lui. J’ai fait beaucoup de séances de sparring avec différents boxeurs et je suis prêt à livrer une grande performance. C’est un combattant dangereux car on ne sait pas ce qu’il apporte sur le ring. Nous ne savons pas quel type de stratégie il emploie donc nous nous sommes préparés pour différents styles. Je sais qu’il va tenter de me mettre KO mais ce sera mon cas aussi. Il n’a toujours pas connu la défaite chez les pros mais ce sera le cas samedi soir. »

Lancé dans un défi sans rien à y perdre, Angulo compte bien saisir sa chance. « Je n’ai pas l’impression que Ramirez ait l’avantage, lâche-t-il pour ESPN. Nous avons deux jambes, deux bras et deux yeux tous les deux. Nous sommes deux êtres humains et tout peut arriver quand vous montez dans un ring avec quelqu’un. J’ai toujours rêvé de combattre pour une ceinture mondiale et l’opportunité se présente enfin. Gilberto Ramirez est un grand champion mais mon heure est arrivée. Je vais donner mon meilleur et je peux assurer aux fans qu’ils ne seront pas déçus de ce combat. On a travaillé dur pour pouvoir ramener le titre en Colombie. » En quête des autres ceintures, « Zurdo » voit les choses autrement.