<

Pourquoi Povetkin sera le prochain combat de Joshua et non Wilder

Alexander Povetkin
Alexander Povetkin Reuters

Alors que le camp Anthony Joshua attendait un retour de celui de son rival Deontay Wilder sur le contrat pour le tant attendu choc d’unification des lourds, la WBA a ordonné au Britannique de trouver un accord avec son challenger obligatoire, le Russe Alexander Povetkin. Qui sera donc bien le prochain adversaire du champion WBA Super, IBF et WBO en septembre (à suivre en exclusivité sur RMC Sport, nouveau nom de SFR Sport à partir du 3 juillet). Joshua-Wilder, lui, est repoussé au plus tôt au printemps 2019. Explications.

Et encore un rebondissement ! Mais cette fois, sauf cataclysme et jusqu’au retour du feuilleton dans quelques mois, c’est le dernier… Et il va un peu décevoir le public, même si la souris accouchée de la montagne fera plus figure de grand fauve. Oubliez pour un temps le tant attendu choc d’unification des lourds : Anthony Joshua (21-0 ; 20 KO), champion WBA Super, IBF et WBO, n’affrontera pas Deontay Wilder (40-0 ; 39 KO), détenteur de la ceinture WBC, dans son prochain combat. Le Britannique devra faire face en septembre, sans doute dans l’écrin de Wembley, au Russe Alexander Povetkin, challenger officiel pour la WBA. Avant d’imposer une défense obligatoire à « AJ », cette dernière lui avait laissé le temps de négocier avec « The Bronze Bomber » pour désigner le premier champion unifié de la catégorie depuis Lennox Lewis en 1999. Mais sa patience avait des limites.

Alors que l’actualité des derniers jours tournait autour du timing du camp Wilder pour renvoyer le contrat adressé par celui de Joshua après avoir vu l’Américain accepter leurs conditions, la WBA a ordonné ce mardi soir, via la voix de son président Gilberto Mendoza, qu’un accord soit trouvé d’ici vingt-quatre heures pour un affrontement entre le Britannique et le Russe. Sous peine de retirer à « AJ » sa ceinture. Impensable pour celui qui veut unifier tous les titres de la catégorie reine… « Nous avons étendu un mois les négociations avec Povetkin pour permettre les discussions avec Wilder, a expliqué Mendoza. Il apparaît que le camp Wilder n’a pas renvoyé le contrat pour le combat donc nous réclamons, avec effet immédiat, une date pour Joshua-Povetkin. » Elle devrait bientôt tomber. « C’est très, très frustrant mais on dirait bien que Povetkin est notre prochain combat, a confirmé Eddie Hearn, patron de Matchroom Boxing et promoteur de Joshua, à Sky Sports. Je pense que la WBA a dit : trop c’est trop ! »

Une affirmation un peu plus appuyée auprès du site du magazine spécialisé The Ring : « Joshua va combattre Povetkin en septembre ». Et Vadim Kornilov, l’un des managers de World of Boxing, société qui gère la promotion du combattant russe, d’enfoncer le clou pour Sky Sports : « Nous sommes très proches et nous allons finaliser le deal très vite. La WBA a été très patiente mais ils nous poussent à finaliser cette défense obligatoire. » Patron de World of Boxing, Andrey Ryabinskiy ne cache pas sa joie devant la tournure prise par les événements : « Je suis heureux que tout s’arrange. C’était un plaisir de négocier avec Eddie et je suis très impatient de débuter la préparation de ce combat. » De quoi provoquer la colère de Wilder, à qui un certain Donald Trump a demandé de mettre KO son rival et qui a vite pris la plume sur les réseaux sociaux pour incendier Joshua et Hearn dans une série de tweets – on vous passe la liste d’insultes – avant de passer un coup de téléphone au podcast Tha Boxing Voice pour se lancer en direct dans une diatribe rageuse contre ces « poules mouillées ».

Le choc d’unification tant espéré n’est pourtant pas mort. Juste reporté à plus tard. Hearn a ainsi expliqué à The Ring que le contrat envoyé au « Bronze Bomber » et dont les conditions avaient été accepté par son camp, avec une proposition à hauteur de 15M$, est toujours valide pour le printemps prochain aux mêmes conditions. Et évoqué une possible date en avril, sans doute le 13, à pour un combat à Wembley qu’il aurait déjà proposé au clan adverse. « Si c’est Povetkin, ce sera en septembre, c’est certain, et nous combattrons Wilder après s’il signe le contrat, précise-t-il à Sky Sports. Mais vu comme les choses se passent en ce moment, je ne peux pas vous dire si ce contrat sera signé dans dix jours ou dans dix ans… » On arrive au cœur du débat. A qui la faute ? Qui doit-on désigner coupable pour ne pas avoir signé ce combat réclamé par tout le milieu du noble art ? Comme depuis des semaines, les deux clans se renvoient la balle.

Le promoteur de Joshua explique que la longueur mise par le camp adverse à renvoyer le contrat accepté a poussé la WBA à agir, sous-entendant que Wilder ne voulait pas vraiment ce combat mais a joué le jeu des négociations pour faire grimper la lumière autour de son nom. « Nous ne pouvons pas faire plus que ce que nous faisons, affirme Hearn à Sky Sports. Anthony est frustré car il se dit que les gens pourraient penser qu’il ne veut pas ce combat. Mais il le veut plus que tout ! On a envoyé le contrat il y a neuf jours. On n’attendait pas forcément qu’il nous revienne tout de suite signé mais nous voulons au moins leurs commentaires. Rien de tout cela n’a de sens. Ils m’ont envoyé un mail dimanche pour me dire qu’ils me renverraient leurs commentaires vendredi. Pourquoi avez-vous besoin de cinq ou six jours de plus ? Ils savent que nous sommes sous la pression de la WBA et pour être honnête, tout cela donne l’impression d’un grand jeu. »

Et d’appuyer pour The Ring : « Finkel a fait vivre une injustice à Wilder dans ces négociations car ne pas renvoyer un contrat pendant plus d’une semaine puis demander encore cinq-six jours me donne l’impression qu’il ne travaille pas à temps plein. Et maintenant ce combattant doit revenir vers le même conseiller pour lui demander quoi faire par la suite… (…) Finkel met trois jours à répondre à un mail. Est-ce qu’il a vraiment une adresse mail à lui ? S’ils voulaient vraiment ce combat, ils auraient disséqué ce contrat dès qu’ils l’ont eu. Je l’aurais fait dès la première heure ! Ont-ils vraiment accepté le combat ou est-ce que tout cela n’était qu’un grand jeu depuis le début ? Car ils ont fait du super boulot, croyez-moi. Wilder est bien plus connu désormais. Il a monté sa notoriété sur le dos de Joshua. »

De l’autre côté, le camp du boxeur US affirme que Hearn n’a jamais demandé à la WBA de retarder sa défense obligatoire pour faire ce combat d’unification. Co-manager de Wilder, Shelly Finkel explique même que le patron de Matchroom Boxing voulait Joshua-Povetkin depuis le début pour pouvoir le diffuser sur DAZN, plateforme de streaming avec laquelle il vient de signer un énorme contrat pour diffuser ses combats sur le sol américain, deal qui connaîtrait un coup d’envoi façon très joli coup avec Joshua-Povetkin (ce qui semble bel et bien prévu selon les sources de The Ring). Et Finkel d’apporter une autre précision importante au magazine spécialisé : « Hearn nous a envoyé un contrat sans date ni lieu, avec une clause disant qu’il avait le droit à une revanche s’il perdait mais qu’il n’en donnerait pas une à Deontay s’il gagnait. Le problème, c’est qu’ils ne voulaient pas ce combat. Et quand c’est le cas, on peut faire en sorte de faire croire l’inverse. C’est frustrant, bien sûr, car nous avons perdu beaucoup de temps alors qu’ils ne voulaient pas ce combat. Mais nous ne sommes pas choqués que cela se termine ainsi. » 

A toi, à moi… Une bataille de relations publiques où tout dépend de qui vous préférez croire (on reconnaît pencher un peu plus côté Wilder) entre deux camps qui ont chacun profité des échanges oratoires musclés des dernières semaines pour faire grimper l’étoile de leur poulain, chez lui et sur le plan mondial pour Wilder, aux Etats-Unis pour Joshua. Et la suite dans tout ça ? Pour « The Bronze Bomber », le futur proche ne se conjugue pas au « AJ », donc, et certaines rumeurs prétendent qu’il a déjà passé un accord avec l’Américain Dominic Breazale (19-1 ; 17 KO ; numéro 2 du ranking WBC lourds ; mis TKO par... Joshua en juin 2016) il y a plusieurs semaines pour une défense de sa ceinture. Mais le garçon, jamais le dernier dans la provoc’, a laissé entendre qu’il pourrait également tenter d’affronter un certain… Tyson Fury en Grande-Bretagne pour venir voler la vedette à Joshua chez lui ! Pour Joshua, ce sera Povetkin, boxeur à la réputation sulfureuse – deux fois positif dans sa carrière – mais au punch puissant et efficace, à l’image du terrible KO infligé au Britannique David Price lors de son dernier combat sur la carte de… Joshua-Parker.

Un combat moins prestigieux que contre l’Américain mais presque tout aussi compétitif face à l’ancien champion du monde WBA et champion olympique 2004 des super-lourds (tout comme Joshua en 2012), adversaire à prendre très au sérieux vu son CV qui ne présente qu’un revers (34-1 ; 24 KO) et pas contre n’importe qui. « Anthony sait que ce combat contre Povetkin sera très difficile, analyse Hearn pour Sky Sports. C’est un un boxeur dur au mal et très expérimenté, qui n’a qu’une seule défaite, aux points contre Wladimir Klitschko. » « Povetkin et Joshua sont deux médaillés d’or olympiques, c’est un combat de très, très haut niveau, renchérit Vadim Kornilov (World of Boxing) pour Sky Sports. Je pense que c’est le meilleur combat à faire chez les lourds en ce moment. Wilder-Joshua est un combat entouré de hype. Mais celui-là est le vrai truc. Je pense que c’est du 50-50 et que ça peut tourner dans n’importe quel sens. Sa motivation et son désir pour ce combat montrent la confiance de Povetkin. »

Pour le Britannique, il s’agira de conserver sa ceinture pour ne pas faire dérailler le train d’un futur choc d’unification contre Wilder qui sera toujours plus attendu avec le temps qui passe. « L’important pour nous est de garder nos ceintures et ne pas se laisser perturber par ceux qui veulent jouer avec nous », estime Hearn. « J’espère que Joshua va traverser ce combat sans chuter, lance Finkel sur la même note. Je ne veux pas perdre la perspective de ce combat d’unification dans le futur. Je leur ai dit que Povetkin n’était pas une balade de santé. Ce mec est un vrai boxeur avec un gros punch. Et lors de ces deux derniers combats, si on veut dire la vérité, Joshua n’a pas impressionné. » Si c’est le cas lors du prochain, ce ne sera pas contre Wilder.