<

Les 10 meilleurs boxeurs actuels de la planète

AFP

Avec la multiplication des fédérations et des ceintures, difficile parfois d’y voir clair. Alors que le vrai combat des champions entre Crawford et Indongo se profile et unifiera la catégorie des super-légers (dans la nuit de samedi à dimanche en exclu sur SFR Sport 1), SFR Sport a sélectionné les 10 meilleurs boxeurs actuels. Les talents incontestables et incontestés qui font l’unanimité, toutes catégories confondues. Revue d'effectif.   

Andre WARD (Etats-Unis, 33 ans)

Poids mi-lourds

32 combats, 32 victoires, 16 KO 

Palmarès : Champion du monde poids mi-lourds WBA, IBF et WBO (2016-), Champion du monde poids super-moyens WBA (2009-2015) et WBC (2011-2013), Champion d'Amérique du Nord poids super-moyens NABO (2008-2009) et NABF (2009), Champion olympique aux Jeux d'Athènes en 2004 (poids mi-lourds).

Considéré par de nombreux observateurs comme LE meilleur boxeur actuel toutes catégories confondues, Andre Ward a vu sa réputation quelque peu écornée après ses deux combats victorieux contre le Russe Kovalev, considérés par certains comme des vols. Il n’empêche, l’Américain qui détient les ceintures IBF, WBO et WBA des mi-lourds est un monstre de puissance. Mieux, il maîtrise tous les coups de la boxe et dispose d’une palette très large à part le punch qui lui fait défaut. Intelligent, rapide, réactif, ultra-mobile et toujours concentré sur son sujet, « Son of God » (son surnom) est en résumé un boxeur complet.

Gennady GOLOVKIN (Kazakhstan, 35 ans)

Poids moyens

37 combats, 37 victoires, 33 KO 

Palmarès : Champion du monde poids moyens WBA (2012-), WBC (2016-) et IBF (2015-), vice-champion olympique 2004 des poids moyens, champion du monde amateur 2003.

Toujours invaincu, Gennady Golovkin règne en maître sur la catégorie des poids moyens. Véritable rouleau compresseur voire démolisseur des rings, cet Ukrainien né d’un père russe et d’une mère coréenne n’a pas son pareil pour user physiquement et mentalement ses adversaires à coups de parpaing répétés, intenses et continus. Car Golovkin a l’intelligence de mettre sa puissance au service de sa tactique de combat. Sa connaissance du noble art lui permet également de flairer les bons coups et d’anticiper les jabs. Un sacré phénomène.

AFP

Vasyl LOMACHENKO (Ukraine, 29 ans)

Poids super-plumes

11 combats, 10 victoires, 7 KO, 1 défaite 

Palmarès : Champion du monde poids plumes WBO (2014-2016), Champion du monde poids super-plumes WBO (2016-), Champion olympique 2012 (poids légers) et 2008 (poids plumes), Champion du monde amateurs 2011 (poids légers) et 2009 (poids plumes), Champion d'Europe amateurs 2008 (poids plumes).

Monarque absolu chez les amateurs (396 victoires en 397 combats !), Vasyl Lomachenko n’a pas tardé à exercer son pouvoir total chez les pros. Après seulement 11 combats pros, cette machine à gagner s’est emparée de trois titres de champion du monde ! Une précocité jamais vue à ce stade de la boxe pro. Avec sa vitesse, son sens du punch parfois improbable, son jeu de jambes, ses réflexes et son art de l’esquive, le beau gosse ukrainien que l’on surnomme « The Matrix » (en référence au film) a tout pour s’inscrire dans la durée.

AFP

Terence CRAWFORD (Etats-Unis, 29 ans)

Poids super-légers

31 combats, 31 victoires, 22 KO

Palmarès : Champion du monde poids légers WBO (2014), Champion du monde poids super-légers WBO (2015-) & WBC (2016-).

Encore un boxeur gâté par Dame Nature et tombé dans la potion magique pugilistique. A 29 ans, Terence Crawford incarne une certaine forme de perfection. Boxeur ultra complet, l’Américain cumule les atouts dans les gants avec sa puissance, sa vitesse, sa supériorité technique et son punch. Boxeur également caméléon, il sait s’adapter et s’imprégner du style de son adversaire… pour mieux le renverser. La classe à l’état pur.

AFP

Anthony JOSHUA (Angleterre, 27 ans)

Poids lourd

19 combats, 19 victoires, 19 KO

Palmarès : Champion du monde poids lourds IBF (2016-), WBA (2017-) et IBO (2017-), Champion olympique 2012 (poids super-lourds), vice-champion du monde 2011 (poids super-lourds)

Les derniers doutes concernant son potentiel ont été levés en avril dernier quand Anthony Joshua a déboulonné avec force et autorité Wladimir Klitschko de son trône mondial. Propulsé champion du monde IBF-WBA, le lourd british a le talent, la puissance et la rigueur pour devenir la nouvelle référence incontestée de la catégorie reine. Mieux, une tête de gondole de la boxe mondiale. Invaincu, l’Anglais devra se frotter aux Wilder, Fury et autre.. Yoka pour faire l’unanimité et changer définitivement de dimension.   

Roman GONZALEZ (Nicaragua, 30 ans)

Poids super-mouches

77 combats, 46 victoires, 38 KO, 1 défaite

Palmarès : Champion du monde poids super-mouches WBC (2016-2017), Champion du monde poids mouches WBC (2014-2016), Champion du monde poids mi-mouches WBA (2011-2014), Champion du monde poids pailles WBA (2008-2010)

Héros très discret et format de poche, Roman Gonzalez est pourtant un pur joyau qui mériterait d’être davantage connu. Boxeur au grand cœur très généreux dans l’effort, le Centro-Américain est un combattant bourré de panache qui ne se ménage jamais. Et qui ne lâche rien tant que son opposant n’a pas touché terre. Puncheur hors pair, « Chocolatito » (son surnom) n’aime rien d’autre que de se muer en tornade des rings quand il décide de passer la vitesse supérieure et de mettre la pression. Un cauchemar pour ses adversaires.

Saul ALVAREZ (Mexique, 27 ans)

Poids welters et moyens

51 combats, 49 victoires, 34 KO, 1 défaite, 1 nul

Palmarès : Champion du monde poids moyens WBC (2015-2016), Champion du monde poids super-welters WBC (2011-2013) et WBO (2016-), Champion NABF poids welters (2009-2010)

Chaperonné par De La Hoya, Saul Alvarez a encore quelques longueurs de retard sur son glorieux aîné en terme de notoriété. Mais cette dernière pourrait littéralement exploser le 16 septembre prochain, à l’issue du (énième) « combat du siècle » annoncé contre Gennady Golovkin. Un choc des titans où El Canelo (« Le Pitre ») ne fera pas le déplacement pour la blague. Il faut dire que le Mexicain en impose avec sa boxe teigneuse et puissante. Une boxe spectaculaire et explosive qui fait des étincelles.

Guillermo RINGONDEAUX (Cuba, 36 ans)

Poids super-coqs

18 combats, 17 victoires, 11 KO, 1 sans décision

Palmarès : Champion du monde poids super-coqs WBA (2012-) et WBO (2013-2015), Champion d'Amérique du Nord NABA poids super-coqs (2009), Champion olympique 2000 et 2004 (poids coqs), Champion du monde amateurs 2001 et 2005 (poids coqs)

Encore un boxeur touché par la grâce et bourré de talent… que même Manny Pacquiao lui-même a refusé d’avoir pour sparring-partner de peur de tomber sur plus fort que lui ! A cette anecdote, on pourrait ajouter que Lomachenko l’évite (pour le moment) à tout prix, conscient de l’étendue des qualités de ce pur styliste, doté d’une boxe défensive à montrer dans toutes les écoles. Lecture du jeu adverse, esquives supersoniques, contres de génie, touches chirurgicales : avec El Chacal, c’est défense d’entrer mais permis de frapper !

Mikey GARCIA (Etats-Unis, 29 ans)

Poids plumes à super-légers

37 combats, 37 victoires, 30 KO

Palmarès : Champion du monde poids légers WBC (2017-), Champion du monde poids super-plumes WBO (2013-2014), Champion du monde poids plumes WBO (2013), Champion d'Amérique du Nord NABO et NABF (2011)

Les spécialistes en salivent d’avance : au train où vont les choses, Mikey Garcia pourrait être le prochain adversaire presque naturel de Vasyl Lomachenko, dans un choc qui s’annoncerait à n’en pas douter chaud comme la braise. En attendant, le boxeur américain surfe sur la vague du succès après sa récente victoire face à Adrien Boner, le mois dernier. Et voit sa cote grimper en flèche. Un juste retour des choses pour ce boxeur sous-estimé, invaincu et puncheur dans l’âme, puissant et dur sur l’homme. Attention danger.      

Deontay WILDER (Etats-Unis, 31 ans)

Poids lourds

38 combats, 38 victoires, 37 KO

Palmarès : Champion du monde poids lourds WBC (2015-), Médaillé de bronze olympique 2008 (poids lourds), Champion des États-Unis amateurs 2007

Du haut de son mètre 2,01m, Deontay Wilder contemple une partie du monde. Une vision frustrante et étriquée pour l’actuel champion du monde WBC qui rêve d’un choc face à Anthony Joshua pour unifier les ceintures majeures WBC, IBF et WBA. Selon les spécialistes, Wilder surnommé « The Bronze Bomber » serait le seul lourd capable de mettre à mal la suprématie annoncée du tombeur de Wladimir Klitschko, même si d'autres affirment qu'il n'a jamais affronté des cadors. Il n'empêche, avec sa force de frappe, sa vitesse, son style spectaculaire et son allonge (2,11m), Wilder a de sérieux atouts à faire valoir.

AFP