<

Lomachenko, un combat pour l’histoire

Vasyl Lomachenko face à Jorge Linares
Vasyl Lomachenko face à Jorge Linares

Vasyl Lomachenko rappelle qu’il ne combat Jorge Linares que dans le but de marquer l’histoire de la boxe puisqu’il pourrait devenir le boxeur le plus précoce à décrocher trois titres mondiaux dans trois catégories différentes après seulement 12 combats chez les pros. Un rendez-vous bouillant et historique à suivre dans la nuit de samedi à dimanche (1h, en direct sur SFR Sport 1).

Considéré comme beaucoup comme le meilleur boxeur amateur de tous les temps (double champion olympique en 2008 et 2012), Vasyl Lomachenko frappe aussi très fort depuis son entrée fracassante chez les pros en 2013. Déjà sacré champion du monde dans deux catégories de poids différentes (super-plumes, plumes), l’Ukrainien visera une troisième ceinture dans une nouvelle catégorie, les poids légers, lors de son combat tant attendu face au Vénézuélien Jorge Linares, dans la nuit de samedi à dimanche (1h, en direct sur SFR Sport 1). 

Champion du monde dès son 3e combat

Il poursuivra sa soif de titres qui a davantage guidé sa carrière que celle de l’argent, lui a fait renoncer ses quatre derniers adversaires avant la fin du combat (Nicholas Walters, Jason Sosa, Miguel Marriaga et Guillermo Rigondeaux). S’il s’impose ce samedi, il deviendra le boxeur le plus précoce (12 combats seulement) à avoir décroché trois titres mondiaux dans trois catégories de poids. Il en détient déjà un du genre puisqu’il était devenu le champion du monde le plus rapide de l’histoire en détrônant Gary Russell Jr. dès son troisième combat. Autant dire que Lomachenko ne cherche rien d’autre que marquer au fer rouge son passage sur les rings. 

« Mon plan était de devenir champion du monde dès que je le pouvais »

« J’ai toujours dit que je voulais marquer l’histoire et je sais que ce serait un nouveau record si je gagnais ce titre pour mon 12e combat, a-t-il rappelé vendredi. Je suis très content d’avoir été capable de faire ce que j’avais planifié et ce que je voulais faire quand je suis devenu pro. Je pense que la moitié de ma carrière est déjà derrière moi et je suis très content avec ce que j’ai réalisé mais je n’avais pas de plan sur le long terme. Mon plan était de devenir champion du monde dès que je le pourrai et le reste est simplement venu. Cette partie n’a pas été planifiée. » Elle se déroule pourtant à la perfection avant le choc tant attendu face à Linares.