<

Le promoteur de Joshua veut Wilder tout de suite après Parker

Anthony Joshua (à gauche) et Joseph Parker
Anthony Joshua (à gauche) et Joseph Parker Panoramic

Champion IBF et WBA des lourds, Anthony Joshua remet ses ceintures en jeu le 31 mars à Cardiff contre le Néo-Zélandais Joseph Parker, à qui il tentera d’arracher le titre WBO. Le promoteur du Britannique, Eddie Hearn, annonce qu’il sera ensuite temps de se mettre autour de la table avec le camp de Deontay Wilder, champion WBC, pour organiser ce combat tant attendu.

Qu’il fait bon être amoureux du noble art en 2018. Après une période sombre, la boxe a retrouvé ses lettres de noblesse ces derniers mois avec de nombreux « gros » combats au programme. Et les lourds ne sont pas oubliés. Relancée par l’épique et inoubliable Joshua-Klitschko en avril dernier, la catégorie reine surfe depuis sur une belle vague. Les observateurs attendaient avec impatience le rendez-vous entre l’Américain Deontay Wilder (40-0 ; 39 KO), champion WBC, et le Cubain Luis Ortiz il y a une semaine à Brooklyn. Ils ont encore plus envie de voir le combat d’unification des titres entre le Britannique Anthony Joshua (20-0 ; 20 KO), détenteur des ceintures IBF et WBA, et le Néo-Zélandais Joseph Parker (24-0 ; 18 KO), qui porte celle de la WBO, le 31 mars au Principality Stadium de Cardiff (à suivre en direct et en exclusivité sur SFR Sport 1). Deux étapes sur le chemin du fantasme absolu : Wilder-Joshua pour déterminer qui est le vrai patron des lourds. Difficile à organiser entre les volontés des différents promoteurs et diffuseurs, ce combat qui fait tant envie pourrait pourtant devenir réalité dans les mois à venir.

C’est en tout cas la nouvelle volonté annoncée par Eddie Hearn, boss de Matchroom Boxing et promoteur de Joshua, dont l’idée initiale passait par un combat « intermédiaire » en août aux Etats-Unis, a priori à Brooklyn contre l’invaincu local Jarrell « Big Baby » Miller (20-0 ; 20 KO) si ce dernier parvenait à franchir l’obstacle Johann Duhaupas le 28 avril. « J’aimerais que le prochain combat soit contre Wilder, a annoncé Hearn à Dan Rafael, spécialiste boxe du groupe ESPN. Nous sommes conscients que Parker est un défi très difficile pour Joshua, donc on ne regarde pas vraiment plus loin, mais il est évident que nous voulons le combat contre Wilder. Anthony veut devenir le champion unifié et incontesté des lourds et il doit battre Deontay pour y arriver. Il n’y a qu’une seule vérité : Wilder veut ce combat, Joshua veut ce combat et je veux ce combat. Et quand tant de volontés sont réunies, on arrive à organiser quelque chose. »

« On aimerait ouvrir les discussions immédiatement »

Avec des discussions qui s’annoncent tendues. Car Hearn refuse de négocier avec Shelly Finkel, co-manager de Wilder qui profite de tout micro tendu pour réclamer le choc contre Joshua dont il prend plaisir à écorcher le nom, et préfère passer par Luis DeCubas Jr, représentant de l’autre co-manager du boxeur US, Al Haymon. « J’ai vu les commentaires de Shirley Winkle après Wilder-Ortiz et je ne vais jamais organiser un combat avec Shirley car nous sommes des personnes très différentes, lance-t-il à ESPN. Nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes. Donc j’ai envoyé mon père (Barry Hearn, patron de Matchroom Boxing, ndlr) rencontrer Shirley en novembre. Ils ont pu discuter, parler des années 60 et de ce genre de choses. De mon côté, mes conversations sont avec Al Haymon et Luis DeCubas. C’est comme ça que je vais organiser ce combat. Avec Luis, on organise des combats ensemble en claquant des doigts. »

D’humeur à la confidence, Hearn avance également qu’il aimerait trouver un accord avec le camp Wilder pour deux combats : le premier aux Etats-Unis, à Brooklyn ou Las Vegas, et le second en Grande-Bretagne. « On va devoir s’asseoir pour voir qui arrive avec le plus d’argent pour organiser ce combat, explique-t-il. C’est le plus grand combat possible dans la boxe actuelle. On va en parler une fois le 31 mars passé. On aimerait ouvrir les discussions immédiatement. » Une perspective qui doit plaire au bouillant « Bronze Bomber ». « Combien de fois dois-je le défier ? Ils se cachent, avait lancé Wilder en conférence de presse à l’issue de sa victoire sur Ortiz. Son promoteur ne veut pas ce combat et après ce qu’ils viennent de voir, ils le voudront encore moins. J’en ai assez fait, j’ai assez parlé… Tout ce qu’ils ont à faire est de décrocher leur téléphone. » Cela ne devrait plus tarder. Même si Parker, qu’on oublie trop, fera tout en son possible à Cardiff pour faire dérailler le train qui mène vers le tant attendu Joshua-Wilder.