<

Le camp Joshua met déjà la pression sur Parker

Getty Images

Sauf retournement de situation, Anthony Joshua connaît son prochain adversaire. Le champion IBF et WBA Super des lourds devrait affronter Joseph Parker, invaincu détenteur de la ceinture WBO, pour un combat d’unification le 31 mars à Cardiff. Un choc qui a déjà commencé dans les mots.

Même si on s’en approche à très grands pas, le combat n’est pas encore signé. Mais cela n’empêche pas les hostilités verbales de débuter. Alors que la perspective du choc d’unification entre les deux invaincus Anthony Joshua (20-0 ; 20 KO), champion IBF et WBA Super des lourds, et Joseph Parker (24-0 ; 18 KO), détenteur du titre WBO, devient peu à peu réalité, avec un combat qui devrait avoir lieu le 31 mars au Principality Stadium de Cardiff – là où « AJ » a défendu victorieusement ses ceintures contre le Français Carlos Takam devant 78.000 spectateurs en octobre dernier –, le camp du Britannique commence à acérer ses crocs dans la guéguerre psychologique à venir. Premier de cordée ? Eddie Hearn, patron de Matchroom et promoteur de Joshua. Pour qui la pression d’affronter son poulain devant son public dans un stade sera sans doute trop compliquée à gérer pour le Néo-Zélandais, moins habitué à une telle ambiance quand « AJ » l’a aussi connue en avril dernier face à Wladimir Klitschko devant 90.000 personnes à Wembley.

« Parker peut-il supporter la pression ? C’est quelque chose qu’on découvrira seulement le soir du combat, a expliqué Hearn au média néo-zélandais Stuff. Il n’a jamais expérimenté quelque chose comme ça. Seul les combattants très spéciaux peuvent le vivre et s’élever au-dessus de ça pour performer. Je ne pense pas que Parker va s’écrouler. Mais est-ce qu’il va un peu perdre la tête ? C’est fort possible. Si ce n’est pas le cas et qu’il parvient à exécuter son plan, cela voudra dire qu’il est un talent très spécial. Je pense que Parker est un bien meilleur boxeur que ce qu’il a montré lors de ses deux dernières sorties. Tout le monde le sait dans le milieu. Mais est-ce qu’il peut être à son top sous ce genre de pression ? C’est la question que tout le monde se pose. Car on sait déjà que Joshua en est capable. » S’il ne connaît pas encore les stades, Parker peut tout de même se targuer d’avoir de l’expérience en terrain hostile. Sa dernière défense du titre WBO, en septembre, l’avait ainsi vu se rendre à Manchester pour y affronter le local Hughie Fury. Un combat terminé sur une victoire sur décision majoritaire après une performance plutôt décevante du Néo-Zélandais. Une preuve que Hearn a raison ? Sauf changement de programme, on devrait pouvoir vérifier ça fin mars.