Direction Las Vegas pour la revanche Joshua-Klitschko ?

Anthony Joshua (de face) et Wladimir Klitschko
Anthony Joshua (de face) et Wladimir Klitschko AFP

Les fans en rêvaient, cela va sans doute devenir réalité : Anthony Joshua, le nouveau roi des lourds, devrait accorder une revanche à Wladimir Klitschko, possiblement en décembre. Et après Wembley, le Britannique et l’Ukrainien pourraient se retrouver à Las Vegas, capitale mondiale des sports de combat.

Si le choc entre Floyd Mayweather et Conor McGregor sera sans doute le combat le plus médiatisé de l’année à la T-Mobile Arena de Las Vegas, il n’en est pas de même sur le plan sportif. Trois semaines plus tard, mi-septembre, l’enceinte du Nevada accueillera en effet le duel tant attendu chez les moyens entre Gennady Golovkin et Saul Alvarez. Et en décembre (ou en novembre si tout s’accélère), elle pourrait être le cadre d’une revanche tout aussi attendue entre Anthony Joshua et Wladimir Klitschko.

Le promoteur anglais Eddie Hearn, qui gère les combats de Joshua, vient en effet de visiter la salle et a annoncé attendre que l’Ukrainien lui confirme son envie de croiser une nouvelle fois les gants avec le jeune Britannique, nouveau roi des lourds depuis sa victoire sur Klitschko à Wembley en avril dernier dans un combat qui restera gravé dans les mémoires. « J’ai fait une visite complète de la T-Mobile Arena et c’était très impressionnant, a confirmé Hearn à Sky Sports. Il y a beaucoup d’appétit des deux côtés pour organiser cette revanche ici et nous allons continuer les discussions dans les prochains jours pour voir si cela peut devenir une réalité. »

Fury et Wilder attendront leur tour

La salle omnisports de 20.000 places de Las Vegas, ouverte en avril 2016 et qui appartient au groupe MGM, aurait la préférence de Hearn malgré des volontés d’accueillir le combat venues de Dubaï, du Nigeria ou encore de Cardiff (pays de Galles). Une seule certitude : peu importe où elle sera organisée, la deuxième version du choc Joshua-Klitschko fait déjà saliver tous les spécialistes. Et tant pis pour Tyson Fury et Deontay Wilder, qui rêvent de croiser le Britannique sur le ring. Ils attendront leur tour.