Toulon menacé de rétrogradation en Pro D2 !

Mourad Boudjellal
Mourad Boudjellal AFP

Un trou financier de deux millions d'euros empêche pour l'instant le Rugby Club Toulonnais de valider ses comptes à l'équilibre à l'aube de la saison 2017-18. Une situation due en partie à un conflit avec l'association et qui plonge le club varois sous la menace, pour laquelle son président Mourad Boudjellal va sauf cataclysme trouver une parade, d’une relégation en Pro D2.

Et si la DNACG envoyait le Rugby Club Toulonnais en Pro D2 cet été ? Si elle peut sembler farfelue pour le dernier finaliste du Top 14, la question résume la réalité de la situation financière actuelle du club varois. Dans son édition du jour, le quotidien Var-Martin explique ainsi que le gendarme financier pourrait prononcer une relégation administrative du RCT en raison d'un trou de deux millions d'euros dans les caisses qui lui empêche d'équilibrer son budget. La conséquence d'une amende de 1,7 million d'euros à payer à l'équipementier allemand Puma, pour rupture anticipée de contrat, et d'une perte de 500.000 euros cette saison aux origines inconnues.

Un conflit avec l'association RCT

Menace légitime ? A priori, non. Le président Mourad Boudjellal, qui détient 51% des parts du club, a proposé de combler le trou via une augmentation du capital. Mais le problème réside dans le conflit avec l’association RCT , détentrice de 49% des parts, qui ne peut pas suivre sur le plan financier et ne souhaite pas voir son pourcentage dans le club diminuer. « Mourad a fait énormément pour le club », rappelle le président de l’association du Rugby Club Toulonnais, Alex Massari, dans Var-Matin. Puis de mettre les pieds dans le plat : « Il ne faut pas pour autant lui laisser les mains libres et permettre ainsi à n’importe qui d’entrer dans le capital. On veut avoir un droit de veto sur les décisions futures. Au nom du seul argent, on ne peut pas brader l’histoire du club. Voilà pourquoi, quelles qu’en soient les conséquences, je ne lui signerai pas de chèque en blanc. »

Boudjellal doit s'entretenir avec la DNACG

Si le dialogue entre la structure pro et l’association semblait avoir débouché sur un accord il y a quelques jours, des détails restent à régler et la signature d’un accord entre les deux parties a donc été annulée. Mais les avocats fiscalistes de l’association et de la SASP vont se contacter afin de vite trouver une solution pour s'éviter des sueurs froides. Boudjellal doit, lui, s’entretenir avec la DNACG via un rendez-vous téléphonique ce mardi. Mais ne pourra pas garantir de combler le trou financier tant qu’un accord avec l’association n’a pas été acté.