<

XV de France : pas de bagarre, juste Iturria blessé dans sa chambre...

Panoramic

Au lendemain du retour rocambolesque des Bleus d’Ecosse où six d’entre eux y sont restés pour être entendus par la police locale, le staff du XV de France a décidé d’écarter les joueurs sortis tard dimanche soir à Edimbourg. Certains seraient rentrés éméchés. Arthur Iturria, lui, se serait blessé en chutant dans sa chambre. Une histoire dans l’histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Bastareaud en 2009…

L’affaire va évidemment faire beaucoup de bruit. Et rappelle un épisode tristement connu de juin 2009 lors de la tournée en Nouvelle-Zélande. Avec la fameuse affaire de la pseudo chute de Mathieu Bastareaud sur une table basse. Neuf ans plus tard, le XV de France revit depuis dimanche soir des heures très agitées en coulisses. Après la nouvelle défaite des Bleus à Edimbourg (32-26), Jacques Brunel a frappé fort, mardi, en dévoilant son groupe pour préparer le match contre l’Italie. Les huit internationaux partis en vadrouille jusque tard dimanche soir en Ecosse ont été sanctionnés, à savoir Anthony Belleau, Jonathan Danty, Arthur Iturria, Félix Lambey, Rémi Lamerat, Sekou Macalou, Louis Picamoles et Teddy Thomas.


« Par ce comportement inapproprié, ils n'ont pas respecté leur statut de joueur international et les devoirs qui en découlent », a indiqué l'encadrement dans un communiqué. Tous ont été écartés pour au moins un match international. Contrairement à ce qui avait été indiqué dans la presse lundi, les joueurs n’ont pas eu l’autorisation du staff pour aller boire dans un bar du centre-ville d’Edimbourg. Une source fédérale nous l’a fermement confirmé. L’ensemble du groupe a d’abord a été réuni à l’hôtel pour le discours du président Bernard Laporte puis quelques joueurs sont sortis tard. Et selon les informations de RMC Sport, certains sont rentrés particulièrement éméchés à leur hôtel. Le deuxième ligne clermontois, Arthur Iturria, se serait blessé au nez en chutant dans sa chambre. Difficile à croire à première vue, mais c’est pourtant la version donnée par le joueur à son club et connue par ses coéquipiers. 

"Il a pris la table de chevet ou le lit dans la gueule"

Il ne s’agirait en effet pas d’une bagarre entre joueurs ou avec des supporters (aucun indicent de ce type ne nous a été rapporté), mais bien d’une fin de soirée agitée à l’hôtel. « Apparemment, il a pris la table de chevet ou le lit dans la gueule, nous a-t-on indiqué. Ce n’est pas une bagarre, il s’est pris le coin du meuble. » Voilà pourquoi le Basque de l’ASM avait un pansement sur le nez lundi en sortant de l’avion du XV de France. « Il a été suturé », nous a indiqué une autre source. Iturria restera en Auvergne et n’affrontera pas l’Italie la semaine prochaine au stade Vélodrome. Sanctionné par le staff, Iturria n’aurait sans doute pas été opérationnel physiquement. En revanche, Geoffrey Palis, lui aussi marqué au visage lundi matin, a bien été retenu par Jacques Brunel tout comme Yacouba Camara dont le nom avait circulé ces derrières heures. Le Montpelliérain aurait d’ailleurs été auditionné à tort par la police écossaise.

Joint par RMC Sport, le sélectionneur n’a pas voulu s’exprimer, mais il serait particulièrement remonté. Certains joueurs aussi. Plusieurs cadres du groupe, restés sagement à l’hôtel dimanche soir, seraient en effet également lassés. Pour le XV de France, cette affaire est évidemment un énorme coup dur. Incapables de remporter le moindre match depuis le 18 mars 2017, soit 332 jours, les Bleus se seraient bien passés d’une telle publicité. Auditionnés par la police écossaise lundi après-midi laissant le reste de la délégation regagner la France, certains ont peut-être perdu bien plus qu’un match ce week-end. Privé de plusieurs éléments essentiels, dont Teddy Thomas auteur de trois essais lors des deux premiers matchs, le XV de France sera plus que jamais en danger la semaine prochaine contre l’Italie. Les Bleus sont au bord du gouffre.