<

RETRO 2016 - The Greatest, c’est Riner !

Teddy Riner
AFP

Fin d’année oblige, l’heure est aux rétrospectives. SFR Sport vous propose de revivre les grands moments de sport vécus depuis la création de son site internet au printemps dernier à travers plusieurs articles publiés au fil des derniers mois. Le huitième épisode revient sur les Jeux Olympiques de Rio et le nouveau titre olympique de Teddy Riner qui a réussi à conserver avec maitrise son or chez les 100kg acquis quatre ans plus tôt à Londres. Avec huit titres mondiaux en plus au palmarès, le Guadeloupéen - grand fan de Mohamed Ali - peut désormais être considéré comme le plus grand judoka de tous les temps. Mo-nu-men-tal ! 

Pour le show, on repassera. Mais soyez francs, vu d’ici, on s’en fout ! Si le public brésilien de la Carioca Arena 2 a copieusement sifflé Teddy Riner à l’issue de sa finale gagnée à l’intelligence (comme à Londres en 2012) face au Japonais Hisayoshi Harasawa, le Français n’en avait cure. Un titre olympique, c’est comme une finale de Coupe du monde. Qu’importent le spectacle et l’avalanche de buts, l’essentiel, c’est la médaille, la place au palmarès, la gloire éternelle.

Douillet : " Il a été brillant et intelligent "

« C’était une grosse finale avec un titre amplement mérité, mené par Teddy de bout en bout avec beaucoup de tactique et lucidité, analysait à chaud David Douillet, double champion olympique et quadruple champion du monde. Il n’a pas pris de risques pour conserver son titre. Ca a pu décevoir les puristes mais il a mené ça de main de maître. Il a été brillant et intelligent. Le panache, on verra ça plus tard. Depuis Londres, c’était l’homme à abattre. Il est parvenu à tout gérer : physique, bobos, blessures, influx, l’envie. Je pense que cette recette, il va l’appliquer jusqu’à Tokyo (JO 2020). »

En attendant de voir plus loin, Teddy Riner occupe aujourd’hui une place de tout premier ordre dans le si traditionnel livre d’or du judo et dans le Gotha du sport mondial. Avec deux titres olympiques et huit titres de champion du monde dans sa besace plaquée or, le Guadeloupéen est officiellement le plus grand judoka de l’histoire. Devant les monuments David Douillet, Hitoshi Saito et Yasuhiro Yamashita (Japon) ainsi que Willem Ruska (Pays-Bas). Un géant du sport, un titan, un colosse indéboulonnable qui n’a plus connu la défaite depuis six ans et 128 combats. Série en cours.

Riner : "Je reviens de loin"

« Battre un Japonais en finale, c’est plus que kiffant, lâchait un Riner affûté comme jamais à l’issue de son doublé olympique. Je voulais lui mettre un ippon mais je voulais assurer la gagne. Ce doublé, c’est une fierté car je reviens de loin. L’Olympiade a été très dure avec des blessures, des opérations, un manque de sensations. Ca va rester dans l’histoire de mon sport. »

Une histoire qui pourrait s’épaissir et atteindre des sommets stratosphériques si le phénomène décide de poursuivre comme prévu sa carrière jusqu’aux Jeux de Tokyo, en 2020, dans le berceau du judo.

« Après les vacances, je vais me remettre au travail et mettre les bouchées doubles, promet Riner. Car il ne faut jamais s’arrêter ! Mais s’il vous plait, pour le moment, je veux savourer. Je n’ai pas envie de penser entraînement et compétition. » Dont acte. Et place à la fête, où il se défend pas mal non plus…

Vers un neuvième titre mondial à Budapest

Pour patienter avant un plus que probable neuvième titre mondial l’an prochain à Budapest, nous, suiveurs attentifs ou fans admiratifs, auront tout le loisir d’explorer le champ lexical et d’inventer de nouveaux superlatifs. Car avec Riner, on n’a pas fini de relater l’incroyable et de rester bouche bée.