<

JO 2016 : Fredericks entendu à Paris ce jeudi

AFP

L'ex-sprinter namibien Frankie Fredericks est arrivé jeudi matin chez le juge à Paris pour être entendu dans le cadre de l'enquête ouverte en France sur des soupçons de corruption liés à l'attribution des Jeux Olympiques de Rio, indique l'AFP.  La compétence de la justice française s'explique notamment par le fait que des fonds ont pu être blanchis à Paris. Membre du Comité international olympique (CIO), l’ancien champion du monde du 200m (en 1993 à Stuttgart) est dans le collimateur de la justice à cause d'un versement de 299.300 dollars (262.000 euros) provenant de la société de Papa Massata Diack, fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF, Lamine Diack) le jour même de l'attribution à Rio des JO de 2016.

En mars, le journal Le Monde a révélé l'existence de ce virement d'une société de Papa Massata Diack vers une structure liée à Frankie Fredericks en date du 2 octobre 2009. Ce jour-là, Rio obtenait l'organisation des JO 2016 lors d'une session du CIO à Copenhague. Problème, Fredericks, qui a justifié ce virement par des activités de promotion pour l'athlétisme, était scrutateur du vote pour le CIO, dont il est devenu membre en 2012. Peu après sa mise en cause, Fredericks avait démissionné de la présidence de la Commission d'évaluation des jeux Olympiques 2024. L'ancien champion du monde du 200 m avait également précisé qu'il ne participerait pas au vote pour la désignation de la ville hôte des JO 2024.