<

Dopage : un haltérophile médaillé olympique rattrapé par la patrouille

Gabriel Sincraian à Rio
Gabriel Sincraian à Rio AFP

Médaillé de bronze en -85 kg aux Jeux de Rio, l’haltérophile roumain Gabriel Sincraian a été contrôlé positif au Brésil pour un niveau trop élevé de testostérone. Récidiviste du dopage, il risque une suspension à vie. Un sale coup de plus pour une discipline déjà souvent dans le viseur de la lutte antidopage. 

Sport de force par excellence, l’haltérophilie a souvent flirté avec le dopage, à l’image de la cinquantaine (!) de noms contrôlés positifs aux Jeux de Pékin 2008 et Londres 2012. Rio 2016 n’aura pas été épargné. Alors que le Kirghize Izzat Artykov, médaillé de bronze en -69 kg, avait été exclu en cours de JO, accusant son concurrent français Bernardin Kingue Matam de l’avoir dopé à son insu, un autre lauréat d’une breloque olympique au Brésil a été rattrapé par la patrouille antidopage.

Déjà suspendu entre 2013 et 2015

La Fédération internationale vient ainsi d’annoncer le contrôle positif à Rio du Roumain Gabriel Sincraian, médaillé de bronze en -85 kg (la seule breloque de son pays à Rio), pour un niveau trop élevé de testostérone. Pas une première pour le garçon, déjà suspendu deux ans entre 2013 et 2015 en raison d’un contrôle positif au stanozolol (stéroïde anabolisant). Récidiviste du dopage, il pourrait être suspendu à vie. Deux Français profitent des malheurs du Roumain : Giovanni Bardis et Benjamin Hennequin, neuvième et dixième de sa catégorie au Brésil, montent aux huitième et neuvième rangs.