Géant : Shiffrin commence sa moisson d’or, Worley seulement 7e

Mikaela Shiffrin
Mikaela Shiffrin Reuters

Plombée une première manche ratée, Tessa Worley n’a pris que la 7e place du slalom géant, ce jeudi à Pyeongchang, alors qu’elle visait a minima le podium. L’Américaine Mikaela Shiffrin ne s’est, elle, pas raté pour décrocher la médaille d’or, qui pourrait être la première d’une belle série. 

Les rêves de médaille olympique de Tessa Worley se sont envolés en même temps que sa première manche ratée, ce jeudi lors du slalom géant des JO de Pyeongchang. La Française, double championne du monde (2013, 2017) et tenante du titre du petit globe de la spécialité, a manqué son rendez-vous en ne signant que le 14e temps à 1’’44 de l’Italienne Manuela Moelgg qui avait signé le meilleur temps. Un retard trop conséquent pour la Haut-Savoyarde qui a tout de même gardé l’espoir de monter sur le podium en signant une deuxième manche bien plus aboutie. Mais cela n’a pas suffi pour décrocher une première breloque olympique quatre ans après avoir manqué les JO de Sotchi en raison d’une blessure à un genou. 

« Je passe à côté d’un rêve »

Worley a finalement pris la 7e place et a fondu en larmes à son arrivée. « Je suis triste, je suis hyper déçue, a-t-elle déclaré à l'arrivée. Un scénario comme ça qui arrive ce jour-là, c'est tellement dommage. Je vois que je passe à côté d'un rêve. C'est sûr que c'est quelque chose qui fait rêver de voir les trois filles qui lèvent les bras dans l'aire d'arrivée à la fin de la course. Mais en même temps, je n'ai pas fait ce qu'il fallait, donc je ne méritais pas non plus d'y être aujourd'hui. »

Shiffrin écoeure déjà la concurrence

Mikaela Shiffrin, elle, n’a pas manqué son rendez-vous. A 22 ans, la prodige du ski américain a remporté sa première médaille d’or lors de ces JO, la deuxième de sa carrière après le slalom à Sotchi en 2014. Deuxième de la première manche, la tenante du titre du gros globe de cristal a survolé la deuxième manche comme elle le faisait au début de l’hiver avec dix victoires en Coupe du monde. Son trou d’air avant les JO est oublié. L’Américaine a entamé sa moisson de titres qu’elle espère poursuivre vendredi avec le slalom, dont elle sera ultra-favorite en tant que tenante du titre et quadruple vainqueur du petit globe de la spécialité. Elle aura ensuite rendez-vous samedi en Super-G, puis lors du super-combiné le 23 février.