Snowboardcross : L’étoile en or de Vaultier qui conserve son titre olympique

Pierre Vaultier
Pierre Vaultier Reuters

Pierre Vaultier a conservé son titre olympique en snowboardcross, ce jeudi lors des JO de Pyeongchang. Le Français a survolé la finale comme il le fait également en Coupe du monde même s’il s’est fait une grosse frayeur en demies. 

Pierre Vaultier a conservé son titre olympique et il pouvait difficilement en être autrement, ce jeudi à Pyeongchang. Sacré à Sotchi il y a quatre ans en snowboardcross, le Français règne sur la discipline puisqu’il détient également le titre de champion du monde et qu’il est l’actuel leader du classement général de la Coupe du monde, qu’il a déjà remportée à cinq reprises.

« Tu as une bonne étoile, il ne peut plus rien t'arriver »

Encore fallait-il avoir les nerfs solides au moment de s’élancer en finale. Le Français, impérial lors de sa première course, avait d’ailleurs des raisons de douter après sa chute en demi-finale. Il s’est finalement relevé et a terminé troisième de la série, juste ce qu’il faut pour défendre son titre. « J'avais une bonne étoile, quand on voit ce qui s'est passé en demi-finale, a-t-il déclaré au micro de France TV. J'étais dans le coup, mais j'ai eu un coup de malchance. C'était assez inattendu de me retrouver par terre et de passer en finale. Mon coach m'a dit : "Tu as une bonne étoile, il ne peut plus rien t'arriver. Tu fracasses le run et puis personne ne pourra rien dire". Eh bien, c'est le cas. »

En finale, le snowboarder de 30 ans n’a en effet laissé aucune chance à la concurrence en menant les débats de bout en bout lors d’une course qui s’est résumée à une lutte à trois après les chutes des trois autres concurrents. Il a finalement devancé l'Australien Jarryd Hughes et l'Espagnol Regino Hernandez, qui a apporté la première médaille à son pays aux Jeux d'hiver depuis 1992. « La journée s'achève très bien, savoure Vaultier. C'est une belle deuxième médaille d'or. J'ai du mal à dire ce que je ressens, je suis au bord des larmes depuis que j'ai passé la ligne d'arrivée. Ce sont de grosses émotions. » Il offre la troisième médaille d’or à la France après celles de Perrine Laffont (ski de bosses) et de Martin Fourcade (biathlon, poursuite). C’est aussi la sixième pour le clan français, dans les temps de passage pour son objectif de 15 breloques.