Combiné : Pinturault et Muffat-Jeandet sur le podium, Hirscher enfin sur le toit de l’Olympe

Le podium du combiné olympique de Pyeongchang
Le podium du combiné olympique de Pyeongchang Reuters

Première course de ski alpin disputée aux Jeux de Pyeongchang, le combiné a vu l’équipe de France briller ce mardi : Alexis Pinturault récolte l’argent, quatre ans après son bronze en géant à Sotchi, et Victor Muffat-Jeandet le bronze, les quatrième et cinquième médailles pour le camp tricolore. La victoire revient à l’Autrichien Marcel Hirscher, auteur d’une belle descente et intouchable en slalom. Le patron du circuit s’offre son premier or olympique en carrière.

Le vent a obligé a la patience mais l’attente valait le coup. La première course de ski alpin disputée aux JO de Pyeongchang a plus que souri au camp tricolore avec deux médailles, l’argent pour Alexis Pinturault, le bronze pour Victor Muffat-Jeandet, sur un combiné qui a vu l’Autrichien Marcel Hirscher, patron du circuit, se parer enfin de l’or olympique. Quatre ans après Sotchi, où il avait pris le bronze sur le géant derrière l’Américain Ted Ligety et son compatriote Steve Missillier, Pinturault n’a pas déçu dans la course qui était sa plus grande chance de médaille. Un résultat qui devrait booster sa confiance avant un géant où il a également les capacités de monter sur la boîte.

En avance de 28 centièmes sur Hirscher à l’issue d’une descente où il avait signé le dixième temps, le Français n’aura rien pu faire pour rester devant – 0’’23 de retard sur la ligne, 1’’02 pour Muffat-Jeandet – à l’issue de la manche de slalom, grande spécialité de l’Autrichien qui a pourtant failli laisser le meilleur temps entre les piquets (et le vent) à Muffat-Jeandet, seulement devancé d’un petit centième sur son passage de folie sur neige intacte… mais qui avait réalisé une trop mauvaise descente (29e, tout juste dans le top 30 ce qui lui a permis de rester dans le premier groupe) pour espérer mieux. La descente, l’endroit où ce Hirscher intouchable en slalom a construit sa victoire avec une douzième place qui le plaçait en position idéale pour la gagne. « Marcel était plus fort que moi aujourd’hui », a concédé Pinturault, qui avait remporté le combiné de Coupe du monde de Bormio fin décembre, au micro de France Télévisions.

« Je suis resté concentré et j’y ai toujours cru même si j’étais énervé de ma descente », a pour sa part analysé Muffat-Jeandet, qui s’était imposé dans la spécialité à Wengen en janvier. Avec ces deux breloques, les premières pour des skieurs tricolores en combiné depuis le sacre du légendaire Henri Oreiller à Saint-Moritz en… 1948, l’équipe de France olympique fait grimper son total à cinq médailles, dont deux en or. Mais même si l’on souligne le côté cocorico, le héros du jour s’appelle bien Hirscher. A 28 ans, celui qui avait décroché l’argent sur le slalom à Sotchi monte enfin sur le toit de l’Olympe. « J’ai fait l’une des meilleures descentes de ma vie, s’enthousiasmait-il. Je suis vraiment content de cette médaille d’or, tout le monde en Autriche l’attendait. » Et d'aller un peu plus loin au micro de RMC où il rendait un bel hommage à son dauphin : « Je suis content d’être avec Alexis sur le podium. C’est le meilleur combinard depuis deux ou trois saisons et c’est normal qu’il soit sur ce podium. Je suis chanceux d’être devant lui. La pression était forte sur mes épaules. Je ne rentre pas à la maison maintenant mais je pourrais si je voulais car j’ai enfin atteint mon grand objectif. »

Elle est tellement méritée… Sextuple vainqueur du classement général de la Coupe du monde, désormais Autrichien le plus vainqueur sur le circuit planétaire avec 55 succès (un de plus que Hermann Maier) et seulement devancé par le Suédois Ingemar Stenmark pour le trône de skieur masculin le plus victorieux en Coupe du monde, le champion du monde 2015 du combiné – et vice-champion du monde 2017 – est le patron du ski depuis plusieurs années. Une domination poursuivie cette saison malgré une grosse blessure à la malléole à la fin de l’été et qui l’a mené à son premier titre olympique. Sans doute pas le derniere à Pyeongchang où le garçon sera l’immense favori du slalom même si le Norvégien Henrik Kristoffersen, son grand rival dans la discipline, ne l’entendra pas de cette oreille.