<

Paris 2024 n’a pas fait chauffer la carte bleue

AFP

Contrairement aux informations publiées par Médiapart, le 1,5 million d’euros dépensé par la délégation française à Lima à l’occasion de l’attribution des Jeux d’été le 13 septembre dernier n’a rien de polémique. Selon les RMC Sport, les dépenses sont totalement transparentes et justifiables. Explications.

Un hôtel 5 étoiles, un Boeing spécialement affrété, un restaurant de luxe privatisé, une facture de 1,5 millions d’euros, tout ça pour une sauterie sans suspense à l’autre bout du monde puisque le comité de candidature de Paris 2024 était déjà sûr de gagner. Tous les ingrédients étaient là pour un savoureux cocktail d’argent public jeté par les fenêtres.

Mais au lendemain de l’article de Mediapart dénonçant ces dépenses, la réalité, telle qu’elle a pu être constatée par RMC Sport, est un peu différente.

Un pack à 2600€

Le chiffre avancé de 1,5 million d’euros pour le déplacement est bon selon le comité de candidature. Cependant en plus du voyage il comprendrait bien d’autres dépenses, et notamment les retouches liées aux films qui ont été présentées aux membres du CIO (retouches car il s’agissait principalement d’anciens films, mis jour). Ainsi que les dépenses relatives aux répétitions de la présentation sur place. Par comparaison, le seul film de Luc Besson pour Paris 2012 avait coûté près de 5 millions.

Par ailleurs, et ce n’est pas précisé dans l’article de Mediapart, une grande partie des membres de la délégation (qui comprenait environ 250 personnes) a payé son voyage. En effet une agence indépendante a été chargée de commercialiser des "packages" destinés aux partenaires souhaitant faire le déplacement à Lima. Par exemple, le pack en classe économique était facturé 2600 euros par personne. Il comprenait l’aller-retour sur le vol officiel, l’hébergement (à l’hôtel Hilton pour la majorité) et les repas. Cette délégation est arrivée le 11 septembre au soir à Lima et est repartie de 14 septembre en début d’après-midi, soit 2 jours pleins sur place.

Limite dans les accréditations

Pour ce voyage Paris 2024 avait affrété un Boeing d’Air France, partenaire de la candidature, pouvant accueillir 270 passagers. Au retour, il restait une trentaine de places à bord. Les officiels de Paris 2024 (notamment Anne Hidalgo, Tony Estanguet, Bernard Lapasset et Etienne Thobois) sont quant à eux arrivés le 08 septembre par un vol régulier. 

Le 13 septembre, seuls 60 personnes étaient accréditées pour entrer dans la salle de la session du CIO. Limité fixée par le comité international olympique. Le reste de la délégation était conviée à l’alliance française de Lima pour suivre la désignation de Paris pour les Jeux de 2024 sur un écran géant. Certains ont assez mal pris de ne pas figurer dans les 60. A l’image de Thierry Braillard, ancien secrétaire d’état chargé des sports sous le gouvernement de François Hollande.

Un apéro dînatoire plus qu'un banquet fastueux

Enfin, concernant la fameuse soirée du 13 septembre, elle s’est tenue dans un restaurant huppé de Lima, "Astrid y Gaston". Comme RMC Sport a pu le constater sur place, pas de menu dégustation au programme pour la délégation, pas de repas à table non plus. L’établissement avait en fait été transformé en immense salle, sans table. C’est un apéritif dînatoire qui a été proposé aux convives. Le lieu s’est ensuite transformé en boîte de nuit durant quelques heures. La musique s’est arrêtée à 3h du matin et tout le monde était parti à 3h30.

Enfin, et ce n’est pas le plus négligeable, puisque les fameux 1,5 million étaient pris sur ce budget, le budget initial de la candidature était de 60 millions d’euros. Il n’a pas été utilisé entièrement puisqu’il reste environ 4 millions. Ce qui est assez rare sur une candidature aux JO.