<

Les Experts ont célébré leur sacre mondial comme il se doit

La joie des Experts, Daniel Narcisse et Thierry Omeyer en tête
La joie des Experts, Daniel Narcisse et Thierry Omeyer en tête AFP

L’équipe de France a triomphé à domicile ce dimanche pour devenir championne du monde pour la sixième fois de son histoire. Une couronne célébrée avec la famille du hand non loin de Bercy, William Accambray endossant le rôle d’ambianceur, puis dans un établissement nocturne de la capitale.

C'est devenu une habitude. Une habitude que les joueurs de l'équipe de France de handball aiment à perpétuer. Après leur victoire contre la Norvège en finale du championnat du monde ce dimanche, les Bleus ont célébré leur sixième étoile planétaire comme il se doit. Après avoir répondu aux sollicitations de la presse à l'AccorHôtel Arena, les joueurs sont repassés à leur hôtel se changer avant de se rendre au musée des Arts Forains à quelques encablures de Bercy. C'est dans de lieu rarement ouvert au public que la Fédération avait décidé de fêter le titre.

Attendus à 22h30, les joueurs ont été précédés par le président de la Fédération, Joël Delplanque, arrivé à 21h30. La famille du handball français était d'ailleurs largement représentée avec notamment les anciens Joël Abati, Daouda Karaboué ou Bruno Martini, ou encore l'ancienne gardienne des filles, Valérie Nicolas. Sous une pluie fine, aux alentours de 22h40, les joueurs, en chemises et accompagnés d'une partie de leurs proches, sont arrivés en car et sont entrés par le deuxième accès afin d'éviter la queue à la porte principale. Ils se sont ensuite retrouvés dans un salon privé avec leurs proches pendant que le personnel de la Fédération et les bénévoles commençaient à célébrer ce nouveau titre. 

Ce n'est qu'à 1h15 que les joueurs sont apparus sur scène. Avec en ambianceur de service, William Accambray. Micro en main, le joueur du PSG a ainsi poussé les Narcisse, Fabregas, Mahé à se jeter dans la foule à la manière de rock stars avant de s'y essayer lui-même. Pendant ce temps-là, le DJ a enchaîné les titres à la gloire des Bleus : We are the champions, le Hermes house band et son I will survive, le répertoire des succès français y est passé avant que les fans n'entonnent des « Qui ne saute pas n'est pas français » avant de monter sur scène pour effectuer un clapping à l'islandaise, comme on dit maintenant, sous l'impulsion des joueurs. Une joyeuse célébration des joueurs qui sont ensuite allés se mêler aux supporters avant de quitter les lieux peu avant 2h. Ils avaient ensuite décider de fêter leur titre en plus petit comité dans un lieu connu des noctambules parisiens, ouvert le dimanche soir et qui a la faveur des joueurs du PSG, section football comme handball.