Wenger aurait confié rester en poste

AFP


Samedi, Tony Pulis, le coach de West Bromwich Albion, avait déclaré au sujet de son homologue Arsène Wenger, plus que jamais sur la sellette à Arsenal : « Je serais surpris qu'il parte ». Même si le conditionnel a été utilisé avec prudence par le technicien gallois, la presse britannique a cherché à savoir ce qui l’avait incité à se prononcer. Après « enquête », le Daily Telegraph et le Daily Mirror ont obtenu une réponse claire et nette de la part de Pulis : « Parce qu’il me l’a dit »… Une nouvelle qui, si elle confirme, devrait ravir les fans des Gunners…