Pourquoi Man City aura du mal à obtenir la révision rétroactive des brutalités

Pep Guardiola s'explique avec un arbitre
Pep Guardiola s'explique avec un arbitre Reuters

C’est l’un des chevaux de bataille de Pep Guardiola depuis son arrivée en Premier League : le technicien catalan souhaiterait voir les arbitres mieux protéger les joueurs face aux interventions défensives brutales. Le manager de Manchester City souhaiterait également la mise en place d’une révision rétroactive de ce genre d’actions. Mais sa volonté a peu de chances d’aboutir. Explications.

Si les résultats sportifs de Manchester City sont bien meilleurs cette saison que la précédente, il y a une chose qui n’a pas changé pour les Cityzens et leur manager Pep Guardiola : la quête de plus de protection pour les joueurs face aux interventions trop brutales, à l’image de celles du défenseur de Cardiff Joe Bennett sur Leroy Sané en FA Cup et de Matt Phillips (WBA) sur Brahim Diaz en Premier League ces dernières semaines. En janvier 2017, le technicien catalan avait même rencontré Mike Riley, manager général du Professional Game Match Official Ltd (PGMOL) et donc « patron » des arbitres britanniques, pour lui faire part de ses griefs sur l'arbitrage "à l'anglaise". Une rencontre qui pourrait bientôt se reproduire.

Les décideurs contre le fait de « réarbitrer les rencontres »

Alors que City a déposé une réclamation auprès du PGMOL, citant neuf interventions sur ses joueurs, pour demander la possibilité de voir des cartons jaunes transformés rétrospectivement en rouges si l’action le méritait, Riley serait prêt à rencontrer des représentants du club mancunien – ce qu’il fait régulièrement avec différents clubs de façon informelle tout au long de la saison – pour débattre. Seul problème ? Le PGMOL n’a pas le pouvoir pour changer cette règle. Et selon le Telegraph, ceux qui le possèdent, à commencer par la Fédération anglaise et la Premier League, n’ont jamais montré l’envie d’aller dans ce sens dans le passé, craignant l’instauration d’un système permettant de « réarbitrer les rencontres ». Guardiola ou le directeur du football Txiki Begiristain, les deux qui pourraient être dépêchés pour discuter, pourront sortir tous les arguments possibles devant Riley. Ce n’est pas lui qu’il faut convaincre.