<

Neville cible le défi de City pour être la meilleure équipe de l’histoire

Reuters

Sacré champion d’Angleterre grâce à la défaite de United contre West Brom ce dimanche (1-0) en égalant le record de précocité (à cinq journées de la fin), Manchester City s’érige parmi les plus belles équipes championnes de l’histoire de la Premier League. Mais pour Gary Neville, une chose peut faire entrer l’armada de Pep Guardiola au Panthéon : la constance. 

Il est toujours aussi délicat de comparer les équipes, entre ces fameux Invincibles d’Arsenal, les Red Devils des grandes années Ferguson… Où placer Manchester City dans la hiérarchie ? Dans les hautes sphères, à coup sûr. Sacrés champions d’Angleterre ce dimanche grâce à la défaite de Manchester United contre West Brom (1-0), les Cityzens ont désormais un grand défi face à eux : la constance. Une caractéristique qui a cruellement manqué aux champions ces dernières saisons. Le dernier club à avoir enchaîné au moins deux titres consécutifs demeure United (2007, 2008 et 2009). 

"Une mauvaise passe est un crime pour Guardiola"

Pire : Chelsea en 2016 puis cette saison ou Leicester, les derniers clubs sacrés avant City, ont connu une saison post-sacre délicate. « C’est de la constance que réclame toujours Pep Guardiola, explique Gary Neville dans sa chronique pour Sky Sports. Cela se voit sur son visage quand quelqu’un balance un ballon alors qu’il pouvait faire autre chose. Il est absolument dépité. Une mauvaise passe est pour lui un crime. Ils ont réalisé une excellente performance et ce fut une très belle équipe de Manchester City, l’une des meilleures saisons auxquelles nous ayons assisté. Mais une grande équipe revient la saison suivante, maintient ses standards et s’améliore. Allez, continue et gagne la Ligue des champions. »

Un échec ? Quel échec ?

L’échec contre Liverpool en quart de finale de la Ligue des champions – sans avoir été vraiment en mesure de jouer la qualification – restera comme une tâche, pour une équipe qui, en s’imposant chez Tottenham samedi (3-1), a mis fin à une séquence délicate. « Ce n’est absolument pas un échec, insiste Gary Neville. C’est une saison fantastique. Il y a quatre semaines, les gens disaient que c’était la meilleure équipe (de l’histoire ndlr). Ils allaient trop loin, trop vite. Mais sous-entendre, à l’inverse, que c’est un échec est tout aussi ridicule. […] C’est une nouvelle équipe de Manchester City, une équipe différente, en transition. Ils jouent différemment. »

L’ancien joueur des Red Devils veut voir dans ce titre (le deuxième de la saison et de l’ère Guardiola avec la League Cup) le début d’une ère nouvelle. « Il (Guardiola) sait que Manchester City ouvre une nouvelle page, poursuit Neville. Voilà la clé. Il faut que ce soit un début : gagner la Premier League est un début, cela ne peut pas être une fin. » Les défis sportifs seront européens… mais encore anglais.