Man City : Jesus-Agüero, la doublette qui éteint les doutes

Gabriel Jesus (à gauche) et Sergio Agüero
Gabriel Jesus (à gauche) et Sergio Agüero AFP

Alors que l’arrivée et l’éclosion de Gabriel Jesus avait poussé beaucoup d’observateurs à s’interroger sur l’avenir de Sergio Agüero à Manchester City, le Brésilien et l’Argentin forment un duo qui fait très mal sur les derniers matches. Une réussite commune qui plaît beaucoup à Pep Guardiola, qui a toujours été persuadé de pouvoir les associer avec réussite. Nouvelle preuve ce samedi à Watford (16h en direct sur SFR Sport 1) pour la cinquième journée de Premier League ?

Un but chacun sur la pelouse de Feyenoord en Ligue des champions. Un doublé pour Gabriel Jesus et une réalisation signée Sergio Agüero quelques jours plus tôt face à Liverpool. Pour ceux qui doutaient de la capacité à évoluer ensemble du Brésilien et de l’Argentin, et ils étaient nombreux il y a encore quelques mois, les derniers matches de Manchester City ont apporté la meilleure réponse possible. Le duo Jesus-Kun peut faire mal, très mal même, et le terrain vient de le prouver. La chose paraissait pourtant loin d’être gagnée en janvier-février dernier. A l’époque, alors que le Brésilien venait de débarquer au club, son éclosion rapide dans les rangs des Citizens avait poussé les observateurs à prédire que le gamin allait piquer sa place à Agüero sur le front de l’attaque mancunienne.

Mais la blessure du Brésilien, longtemps absent des terrains, avait écarté le débat, reporté à cette saison. Résultat ? Le problème… n’en est pas un. Une situation parfaitement résumée par la passe décisive « offrande » de Sergio pour Gabriel face à Liverpool alors que l’Argentin, seul face au gardien, aurait pu jouer sa carte personnelle pour s’offrir un doublé. Les deux s’entendent bien, aiment jouer ensemble et font parler la poudre lorsqu’ils sont associés. Un cocktail qui plaît à Pep Guardiola. « Ce que Sergio a fait sur cette action compte beaucoup pour moi, a ainsi pointé le technicien catalan à l’heure de commenter le but décrit dans les lignes précédentes. Les buteurs veulent toujours marquer, et plus que leurs coéquipiers, mais il faut aussi savoir prendre la meilleure décision. C’est ce qu’a fait Sergio. Et la prochaine fois, si cela se passe dans l’autre sens, Gabriel fera la même chose pour lui. »

Deux joueurs qui ne se marchent pas sur les pieds

Deux talents pas égoïstes et prêts à se mettre au service du collectif, un rêve pour tout entraîneur. D’autant que son duo montre de la complémentarité au-delà du simple fait de faire trembler les filets même s'ils ne se trouvent pas dans le jeu en dehors de ces moments décisifs jusque-là. Alors que l’on pouvait penser qu’ils allaient se faire de l'ombre, les graphiques des zones de jeu prépondérantes ne trompent pas. Quand l’un joue surtout dans la surface, l’autre s’écarte pour aller chercher le ballon plus bas. Et inversement. On ne se marche pas sur les pieds, quoi.

Si Guardiola a dû faire évoluer son système en 3-1-4-2 ou 4-1-3-2 pour permettre aux deux hommes d’exploiter au mieux leurs qualités tout en étant associés, les deux le lui rendent bien : trois victoires et un nul pour les quatre rencontres qu’ils ont débutées ensemble cette saison. Et sur les sept titularisations communes depuis l'arrivée du Brésilien à Manchester, chacun a marqué six fois !  L’expérimenté (Agüero) et la pépite (Jesus), qui paraissent prendre plaisir à célébrer victoires et buts ensemble et pourraient bien développer une relation mentor-élève, semblent se pousser l’un l’autre vers le haut : le Brésilien a déjà marqué quatre fois cette saison contre trois réalisations pour l’Argentin. Une « compét’ » interne qui aidera forcément City dans la quête de ses objectifs en Premier League comme en Ligue des champions.