Man City : Comment Guardiola lutte pour conserver sa pépite désirée par le Real

Brahim Diaz (à gauche) et Pep Guardiola
Brahim Diaz (à gauche) et Pep Guardiola AFP

Milieu offensif de 18 ans qui avait brillé cet été lors de la préparation de Manchester City, le joyau espagnol Brahim Diaz pourrait bientôt faire l’objet d’une offre du Real Madrid. Un nouvel épisode qui démontre la difficulté des gros clubs de Premier League à faire éclore leurs jeunes pousses, même avec un coach comme Pep Guardiola sur le banc.

Premier League… ton univers impitoyable. Le générique français de la série Dallas, qui parlera difficilement aux moins de 35 ans, colle parfaitement aux difficultés rencontrées par les jeunes pour s’imposer dans l’élite anglaise. Ultra concurrentielle avec une bataille acharnée chaque week-end, la PL laisse peu de place aux prometteuses pousses pour germer, à l’image de la stat qui en fait le championnat européen qui a le moins fait joueur les joueurs de moins de 21 ans sur l'exercice 2016-17 (288 matches en tout contre 961 en France, 499 en Espagne, 410 en Allemagne ou 291 en Italie). Et même les techniciens qui aiment lancer des jeunes talents, comme Jürgen Klopp ou Pep Guardiola, se mettent au diapason.

🤝💙 #tbthursday

Une publication partagée par Brahim Díaz (@brahim) le

Alors qu’ils avaient marqué de gros points lors de la préparation estivale, les joyaux Phil Foden et Brahim Diaz n’ont ainsi pas encore eu leur chance avec l’équipe première de Manchester City depuis le début des matches officiels cette saison et doivent se contenter d’apparitions avec l’équipe de jeunes en Premier League 2. De quoi peut-être leur donner des envies de départ pour aller grandir ailleurs. Meilleur exemple en date du moment ? Diaz. Selon la presse anglaise, le milieu offensif espagnol de 18 ans que Pep Guardiola voulait déjà faire signer au FC Barcelone il y a quelques années – il lui avait même fait visiter le Camp Nou en compagnie d’un certain Lionel Messi – pourrait ainsi bientôt faire l’objet d’une proposition du Real Madrid, qui a également le prodige actuel international espagnol U21 dans le viseur depuis plusieurs années.

Best is yet to come 😆! ✨💙 #thankgod #thankfamily

Une publication partagée par Brahim Díaz (@brahim) le

Alors, le technicien catalan va-t-il perdre une de ses pépites au profit du club dont il a été un rival tout au long de ses carrières de joueur et de coach ? Si rien n’est encore fait, Guardiola a conscience que retenir Diaz sera compliqué. Mais il n’abdique pas non plus. « Nous voulons le garder mais le marché est le marché, a expliqué ce vendredi le manager sportif des Citizens en conférence de presse, à la veille du déplacement de son équipe sur la pelouse de Watford (en direct à 16H sur SFR Sport 1). Peut-être que nous ne pouvons pas le contrôler. Mais nous lui avons beaucoup parlé pour lui dire de rester. City lui a donné l’opportunité de découvrir le très haut niveau. Il est heureux ici. Mais il doit savoir qu’il n’est pas facile de jouer et de s’imposer au plus haut niveau. » Guardiola aimerait sans doute éviter de revivre l’épisode Jadon Sancho.

‪Football or basketball? 🤔🏀‬

Une publication partagée par Brahim Díaz (@brahim) le

Autre pépite de City, l’ailier anglais de 17 ans a quitté Manchester (et refusé au passage un contrat à 30.000 livres par semaine chez les Citizens) lors du dernier mercato estival contre 8 millions de livres (9,1M€) pour rejoindre le Borussia Dortmund où le chemin vers l’équipe première lui semblait moins compliqué, ce qui ne semble jusque-là forcément le cas puisque le garçon doit pour l’instant se contenter de la réserve du club de Bundesliga. Guardiola qui décourage les espoirs ? « Tout dépend du désir du joueur, se défend le Catalan. Nous faisons un effort pour les garder sur le plan salarial. On l’a fait avec Jadon ou Tosin Adarabioyo et on le fera avec Phil et Brahim. Dans beaucoup de clubs de Premier League, le manager contrôle ces choses-là mais je ne suis pas impliqué là-dedans. Txiki Begiristain et Ferran Soriano prennent ces décisions. » Qui vont peut-être conduire au nouveau départ d’un joyau que Guardiola espérait polir.