<

Man City : Stones formé à la barcelonaise et contre les stéréotypes anglais

John Stones
John Stones AFP

Dans une interview accordée au Daily Mail, John Stones (23 ans) confie qu’il a été formé selon le style du FC Barcelone de Pep Guardiola lors de ses jeunes années à Barnsley. Il se régale donc de jouer sous les ordres du technicien espagnol depuis plus d’un an à Manchester City mais aussi d’aller contre les stéréotypes du football anglais.

Recruté à prix d’or la saison passée (56M€), John Stones a subi quelques critiques pour son rendement la saison passée. Celles-ci semblent bien lointaines cette saison puisque les Cityzens explosent les compteurs (cinq victoires en six matches, 21 buts inscrits, 2 encaissés). Le jeu prôné par Pep Guardiola prend forme et John Stones, qui en est l’un des symboles par son style de défenseur excellent dans les relances, s’y retrouve pleinement. D’autant qu’il a été sensibilisé aux principes de l’Espagnol depuis son plus jeune âge. 

Dans une interview accordée au Daily Mail, il confie avoir été formé selon les préceptes du FC Barcelone entraîné par… Pep Guardiola (2008-2012) lorsqu’il évoluait à Barnsley, situé à l’Est de Manchester. « Je jouais sur des terrains boueux du Nord mais c’est aussi là, dans les équipes de jeunes de Barnsley, qu’on m’a appris à m’exprimer en tant que défenseur par mes entraîneurs, Ronnie Branson et Mark Burton, raconte-t-il. J’avais 13 ou 14 ans et Ronnie et Mark adoraient comment Barcelone jouait et ils ont essayé d’amener ça dans notre équipe. J’ai un jugement biaisé mais je crois que notre équipe était brillante. Nous avions les mêmes principes de jeu de Barcelone : garder la balle dans les pieds, exploser sur les coups de pied arrêtés et ressortir le ballon, toutes ces choses fondamentales qu’ils ont essayé de nous faire intégrer. J’adorais ça. »

« Les entraîneurs allaient contre les stéréotypes »

C’est de cette manière qu’il a bâti sa réputation de défenseur élégant et doté d’une excellente relance. Les chiffres lui donnent d’ailleurs raison puisqu’il est le joueur au plus gros taux de passes réussis cette saison (96,44%) en Premier League. « Quand je jouais pour Ronnie et Mark, j’étais dans un environnement qui connaissait le système et le style du Barcelone, poursuit-il. C’était quelque chose de collectif. Il n’était pas question de balancer un long ballon sur le grand attaquant. Je suppose que les entraîneurs allaient contre les stéréotypes. A cause de cette éducation, ma philosophie est d’avoir la possession. »

« Ne plus être une équipe typiquement anglaise est une marche dans la bonne direction »

Il a retrouvé ça avec Roberto Martinez à Everton puis avec Roy Hodgson en sélection anglaise avant de croiser la route de son mentor par procuration devenu son entraîneur, Pep Guardiola. Une rencontre inévitable pour le défenseur anglais. « Il n’y a pas de meilleur manager au monde que celui qui est à Manchester City, situe-t-il. C’est pour ça que j’ai voulu venir travailler avec lui et progresser. Tout le monde aime le football pour voir du beau jeu. Jouer de la manière de Manchester City et ne plus être une équipe typiquement anglaise est une marche dans la bonne direction. » 

Cette progression ne sera validée qu’en cas de titre à l’issue de la saison. Car en tenant ce même genre de propos contre les mauvaises habitudes anglaises (« je n’entraîne pas mes joueurs à tacler »), Guardiola avait subi les railleries Outre-Manche. Avec l’aide de Stones et d’un système qui fonctionne à plein régime, il compte bien y mettre un terme rapidement.