<

Liverpool : Comment le transfert de Salah influence un dossier Alisson "à la Van Dijk"

Alisson Becker
Alisson Becker Reuters

Priorité de Jürgen Klopp au poste de gardien depuis plusieurs mois, Alisson Becker reste plus que jamais dans les petits papiers des Reds après les grosses erreurs de Loris Karius face au Real Madrid en finale de la Ligue des champions. Mais la Roma, qui a le sentiment d’avoir été flouée sur le dossier Mohamed Salah, s’annonce dure en affaires pour lâcher son gardien brésilien.

C’était le bon mot facile à l’issue de la finale de Ligue des champions remportée par le Real Madrid face à Liverpool (3-1). Avec un Loris Karius auteur de deux énormes bourdes qui ne pardonnent pas à ce niveau de la compétition, on imaginait bien Jürgen Klopp aller voir ses dirigeants pour une demande : « Mettez-moi 80 millions s’il le faut mais recrutez Alisson ! » Si le manager allemand des Reds n’a sans doute pas été jusque-là, difficile de ne pas imaginer cette idée résonner dans sa tête dès le coup de sifflet final. Priorité du coach de Liverpool depuis quelques mois, Alisson Becker ne l’est pas moins, bien au contraire, depuis la performance de Karius à Kiev.

Alors que les premières approches du club anglais pour le gardien brésilien de la Roma – que les Reds ont sortie en demi-finale de la C1, pour rappel – avaient été repoussées avec une évaluation à 60M£ (68M€) qui avait refroidi Liverpool, ce qui avait poussé Klopp à soutenir publiquement Karius pour la seconde moitié de saison, le finaliste de la C1 va très vite revenir à la charge selon le Telegraph. Et vu les attentes autour d’un nouveau gardien après les boulettes de Loris (pas le nôtre, hein, même s’il en a signé quelques belles aussi), les 60M£ pourraient bien ne plus être un obstacle. Mais le montant du chèque pourrait encore grossir. Raison ? La réticence de Klopp à se tourner vers une autre solution en cas d’échec de la piste Alisson. Avant la finale, le coach des Reds n’envisageait pas une autre recrue à ce poste et préférait patienter avant de le récupérer plutôt que de devoir sortir des millions pour un autre gardien qui a moins sa préférence.

Une approche qui était déjà la sienne l’été dernier avec Virgil Van Dijk, qui avait fini par quitter Southampton pour Liverpool l’hiver suivant en devenant le défenseur le plus cher de l’histoire du football. Consciente de sa position de force, la Roma serait tentée de faire gonfler la note même si ses besoins financiers pourraient le forcer à ne pas laisser passer une telle opération. D’autant que le club italien, à commencer par son directeur du football Monchi, a l’impression d’avoir été floué l'année dernière en lâchant trop vite Mohamed Salah aux Reds contre seulement 42M€ (une nécessité pour équilibrer lles comptes pour le fair-play financier) alors que le marché a ensuite explosé… et que l’Egyptien a peut-être signé le plus bel exercice individuel dans le ballon rond européen cette saison. La volonté (ou non) du portier brésilien, également courtisé par le Real Madrid, de rejoindre Liverpool jouera également, comme toujours, un rôle essentiel. Mais les négociations s’annoncent déjà compliquées. Tourner la page des boulettes de Karius sera à ce prix. 

Donnarumma en cas d'échec de la piste Alisson ?

En cas d'échec de la piste Alisson, Klopp (qui va déjà devoir trouver un deuxième gardien avec le départ plus que probable de Simon Mignolet) devra alors se demander s'il préfère garder sa confiance à Karius, menacé de mort par des fans dégénérés sur les réseaux sociaux et dont la situation semble intenable sr les bords de la Mersey, ou étendre ses recherches, ce qui paraît plus logique après le scénario de la finale de C1. Et c'est alors toujours du côté de l'Italie que les Reds pourraient se tourner. Selon le quotidien italien La Repubblica, le prodige italien Gianluigi Donnarumma devrait en effet quitter un AC Milan à l'avenir incertain et Liverpool serait une sérieuse possibilité pour rebondir. Alors que le club lombard en réclamerait 70M€, ce prix pourrait baisser à 40M€ plus 5M€ de bonus vu les besoins financiers du Milan et la saison moyenne de celui qui n'a encore que dix-neuf ans. Pas de quoi faire peur à un cador de Premier League en recherche d'un bon gardien.