La légende du derby : 1968-74, quand City régnait sur Old Trafford

AFP

Pendant sept ans, entre 1968 et 1974, Manchester City n’a perdu aucun de ses matches à Old Trafford en en remportant même six sur sept dont ceux du 27 mars 1968, décisif pour le titre, ou du 27 avril 1974 qui avait envoyé les Red Devils en deuxième division. Un scénario (la victoire) que les Cityzens souhaitent revivre, dimanche (17h30, en direct sur SFR Sport 1). 

Le derby de Manchester de dimanche est une histoire de rivalités mais aussi de record. City visera une 14e victoire de rang (jamais établi) alors que les Red Devils n’auront besoin que d’un nul pour battre leur plus longue série d’invincibilité à domicile (40 matches). Il faut remonter au mois de septembre 2016 pour retrouver trace d’un revers à Old Trafford et c’était face… à City. Autant dire que les hommes de Pep Guardiola comptent encore jouer un mauvais tour à MU en les reléguant à onze points en Premier League et en les privant de la cerise du record. 

Ils pourront s’inspirer de leurs prédécesseurs qui, entre 1968 et 1974, régnaient sur Old Trafford. Pendant sept ans, les Sky Blues n’ont perdu aucun de leurs matches de championnat disputés dans le Théâtre des Rêves. Ils en ont même gagné six, dont certains mémorables. Celui du 27 mars 1968 fut le premier de cette série. Ce jour-là, les hommes de Joe Mercer et Malcolm Allison abordent le derby en troisième position à deux points de MU et Leeds, leaders. Ils étaient même mal embarqués après un but de George Best mais avaient tout renversé grâce à Colin Bell, George Deslop et Francis Lee (1-3). Grâce à ce succès, les Cityzens avaient recollé sur le duo de tête avant d’être sacrés champions quelques semaines plus tard, 31 ans après leur premier et unique titre. 

« Des années d’humiliation ont été sinon, sinon effacées, au moins atténuées, avait déclaré plus tard Allison, qui fut un grand acteur de cette période dorée puisqu'il a passé huit ans sur le banc (1965-73) aux côtés de Mercer (1965-72). C’était l’une des grandes soirées de ma vie. » Les Cityzens avaient aussi remporté les quatre derbies suivants (0-1 le 8 mars 1969, 1-2 le 28 mars 1970, 1-4 le 12 décembre 1970, 1-3 le 12 avril 1972) avant de concéder le nul le 21 avril 1973 (0-0). Le choc de la saison 1973-74 reste, lui, encore comme l’un des plus jouissifs pour Manchester City. 

City envoie United en D2

Cette saison-là, les deux clubs de Manchester vivotaient en bas de tableau mais City avait assure son maintien avant la dernière journée qui lui offrait un déplacement à Old Trafford, dans la zone rouge avant le choc. Les Red Devils devaient s’imposer et compter sur une défaite de Birmingham face à Norwich, déjà relégué, pour sauver leur peau dans l’élite. Le miracle ne s’était pas produit puisque Birmingham s’était imposé face aux Canaris (2-1). 

Pendant le match à Old Trafford, les supporters de Manchester United avaient envahi la pelouse à deux reprises pour manifester leur mécontentement face à la relégation qui se profile. Ils y étaient retourneré une troisième fois trois minutes après avoir reçu le coup de poignard ultime. Dennis Law, qui avait quitté les Red Devils un an plus tôt pour revenir à City, venait d’ouvrir le score pour les Cityzens et leur offrir la victoire (0-1). Le 37e but pour les Sky Blues (en plus des 237 inscrits avec MU) sera vécu comme celui qui a envoyé Manchester United en deuxième division. Dans les faits, le sort était déjà jeté. Mais la cruauté de l’histoire prend le pas sur les mathématiques. Il en sera pourtant encore question dimanche avec l’assurance de voir un record tomber.