Knockaert, ce Frenchie qui régale le Championship

Anthony Knockaert à Brighton
Anthony Knockaert brille avec son club de Brighton en deuxième division anglaise Getty Images

Déjà placé dans le onze type de la saison, Anthony Knockaert a été élu meilleur joueur de la saison en Championship (D2 anglaise). Focus sur ce Français de Brighton, actuel leader et désormais assuré de monter en Premier League, qui pourrait exploser dans l'élite la saison prochaine, cinq années après avoir choisi de s’exiler outre-Manche du côté de Leicester

Il ne lui aura fallu qu’une seule saison complète avec Brighton pour devenir l’un des tauliers des Seagulls et s’installer au sommet du Championship. Après avoir été placé dans le onze type de la saison fin mars, Anthony Knockaert a été élu meilleur joueur de la saison en deuxième division anglaise. Une récompense qui vient saluer les performances du Français, dont l'équipe est assurée depuis ce lundi de jouer en Premier League la saison prochaine.

En 40 apparitions sous la tunique bleue et blanche de Brighton cette saison, le milieu offensif de 25 ans a compilé 13 buts et 9 passes décisives. De quoi porter son club à la place de leader du Championship après 41 journées (sur 46), à quatre points (et même trois vu la différence de buts) d'assurer pour de bon son accession en Premier League la saison prochaine. Pas mal pour un joueur qui n'a jamais goûté aux joies de la Ligue 1.

Un « Frenchie » made in Ligue 2

Formé à Guingamp, Knockaert a dû se contenter d’une saison en Ligue 2, en 2011-12. Avec les Rouge et Noir, le natif de Roubaix a disputé 36 matches de championnat, inscrit 11 buts et délivré quatre passes décisives. Mais n’a pas permis à l’En Avant de Guingamp de monter dans l'élite. Il décide alors de franchir le pas, à seulement 19 ans, et de s’envoler vers l’Angleterre.

Débarqué à Leicester, alors pensionnaire de Championship, contre un chèque d’environ un million d’euros, l’international U20 français (2 sélections) découvre un nouvel environnement et un championnat relevé. Pourtant, dès sa première saison, il joue 47 matches avec les Foxes et réalise un bon exercice avec neuf buts et sept offrandes. Mais Leicester rate de peu la montée en s’inclinant en demi-finale d’accession à la Premier League contre Watford. Après avoir provoqué un penalty qu'il a voulu lui-même transformer en toute fin de match, le Français a vu sa tentative repoussée par le gardien avant que Troy Deeney, sur le contre, ne scelle la victoire des Hornets dans l'un des moments les plus fous de ces dernières années.

Dès l’année suivante, Anthony Knockaert et ses coéquipiers atteignent leur Graal et remontent en première division. Pour ses tous premiers pas dans l’élite en 2014, le Français ne brille pas et perd peu à peu sa place de titulaire. Aucun but marqué, aucun caviar délivré, Knockaert ronge son frein sur le banc et ne dispute finalement que 330 minutes en Premier League en neuf apparitions. Pour se relancer il choisit de quitter son pays d’adoption pour la Belgique et le Standard de Liège. Bingo ! En vingt sorties avec sa nouvelle équipe, il marque cinq réalisations et donne sept passes décisives.

Indispensable avec Brighton

Transféré en janvier 2016 à Brighton, le milieu offensif a mis tout le monde d’accord en seulement six mois mais rate encore la montée en Premier League et perd demi-finale d’accession. Il fait pourtant l’unanimité au sein des Seagulls. « Dès que l’on a eu l’opportunité de le recruter, on a sauté dessus, commentait son entraîneur Chris Hughton le 13 mars dernier. D’abord parce que l’on connaissait son talent, ensuite parce qu’il avait joué trois ans à Leicester. Il connaissait déjà ce championnat et savait ce que l’on attendait de lui. »

La Premier League lui tend les bras

Véritable clé de voûte de l’effectif de l’actuel leader de Championship, le Français a prolongé son contrat au début du mois de mars. Désormais lié jusqu’en 2021 avec Brighton, Anthony Knockaert retrouvera donc la Premier League. Reste à savoir s’il restera fidèle aux Seagulls ou si un club huppé lui donnera sa chance. Lui est paré à briller.