Tottenham espère (enfin) lancer sa saison à domicile

Harry Kane et Mauricio Pochettino
AFP

Privés de leur mythique stade de White hart Lane cette saison, les Spurs connaissent une acclimatation difficile dans leur nouvelle enceinte. La victoire à Wembley en Ligue des champions mercredi face à Dortmund (3-1) pourrait bien avoir redonné de la confiance aux joueurs de Mauricio Pochettino, alors que Swansea se présente à Londres samedi (18h30, en direct sur SFR Sport 1).

Alors que White Hart Lane, antre mythique des Spurs, est en plein lifting, Tottenham a pris ses quartiers à Wembley. Dans le nord-ouest londonien, les joueurs de Mauricio Pochettino ont bien du mal à s’approprier le lieu. Si les internationaux de l’équipe ont l’habitude de venir jouer à Wembley avec les Three Lions, les Spurs semblent avoir encore quelques difficultés à évoluer dans ce temple du football. Une impression confirmée par le bilan comptable du vice-champion d’Angleterre, qui n’a toujours pas gagné à domicile.

Déjà plus de points perdus à domicile que la saison passée

Tottenham n’a joué que deux matches cette saison à Wembley en Premier League, mais les londoniens ont déjà perdu plus de points que la saison passée. Il faut dire que les Spurs avaient fait de White Hart Lane une véritable forteresse. Seul Liverpool et Leicester étaient venu prendre un point, en début de saison dernière. Les 17 autres équipes de Premier League avaient toutes quitté le nord de Londres bredouilles. Quatre petits points, tel est le maigre butin laissé par les joueurs de Mauricio Pochettino à leurs adversaires. A Wembley, les coéquipiers d’Hugo Lloris ont déjà laissé filer cinq points en deux matches, une défaite face à Chelsea (1-2) le 20 août dernier, puis un nul contre Burnley une semaine plus tard. Un constat, pas si anodin qu’il peut paraître.

Wembley : un temple à dompter

Evoluer à Wembley, devant 90 000 spectateurs, là où les plus grands groupes de Rock de la planète ont joué, là même où l’Angleterre a remporté la Coupe du monde 1966, n’est pas donné à tout le monde. Les Spurs, qui évoluaient sur la plus petite pelouse de Premier League à White Hart Lane (100x67m), doivent s’adapter aux dimensions de leur nouvelle antre. Un rectangle de 105x68m, soit cinq mètres de longueur et un mètre de largeur en plus. Une adaptation pour les joueurs, mais aussi pour les fans. White Hart Lane était probablement, avec Boleyn Ground avant qu’il ne disparaisse, le dernier stade londonien à donner de la voix. Un vrai stade à l’anglaise, où les spectateurs étaient logés au ras de la pelouse, où les joueurs pouvaient sentir la chaleur des fans et de leurs chants descendant des travées. A Wembley, l’ambiance est plus froide, les tribunes plus éloignés, moins propices au spectacle. Mais Tottenham devra composer avec cette contrainte jusqu’à la fin de la saison, avant de retrouver White Hart Lane en août 2018, 

Swansea : victime idéale pour s’acclimater à Wembley

Cette semaine Tottenham s’est rassuré. Brillants face à Dortmund mercredi soir en Ligue des champions (3-1), les Spurs ont prouvé qu’ils pouvaient réussir à dompter Wembley. Une victoire qui fait du bien au moral, lorsqu’on se rappelle que Tottenham avait perdu deux de ses trois matches disputés à Wembley la saison passée en Ligue des champions (contre Monaco et le Bayer Leverkusen). Samedi, c’est Swansea qui viendra défier des londoniens, qui pourraient profiter des deux chocs de dimanche (Chelsea-Arsenal à 14h30 sur SFR Sport1, et Manchester United-Everton à 17h sur SFR Sport1) pour se rapprocher du podium. Une aubaine pour Tottenham lorsqu’on sait que les Swans ont perdu lors de leurs six derniers déplacements dans le nord de Londres, encaissant au passage pas moins de 15 buts. Leur gardien, Lukasz Fabianski, est allé récupérer à 18 reprises le ballon au fond de ses filets en seulement six confrontations face aux Spurs. Swansea, qui a perdu 18 de ses 19 derniers déplacement à Londres toutes compétitions confondues, a le profil de la victime idéale, pour permettre aux Spurs de faire de Wembley, leur nouvelle forteresse.