<

Chelsea-West Ham : le recrutement raté des Blues au banc d’essai

Reuters
Modeste cinquième de Premier League à onze points de Tottenham (huit en cas de victoire), Chelsea n'a guère le droit à l'erreur face à West Ham ce dimanche (17h30 sur SFR Sport 1) pour la 33e journée de Premier League. Parmi les grosses insatisfactions d'Antonio Conte cette saison, un mercato raté qu'il ne cesse de fustiger depuis des mois. Et force est de constater que l'entraîneur des Blues n'a pas tout à fait tort... 

Des mois que le manège dure et prend de l'ampleur, des mois qu'Antonio Conte semble au bord de la crise de nerfs. Des mois surtout que l'entraîneur de Chelsea concentre ses critiques sur la politique de transfert d'un Chelsea de qui il attendait plus... surtout après la conquête du championnat l'an dernier. Le manager des Blues voit son groupe sombrer petit à petit, sans que ses joueurs ou le public ne l'aient pourtant lâché. Cinquième du classement, le club londonien doit se maintenir à flot pour espérer un miracle et une place dans le top 4, distant de onze points avant la réception de West Ham ce dimanche (17h30 sur SFR Sport 1). 

Est-ce la faute des recrues ? Pas impossible. Car même s'il est délicat de ressortir quelques individualités de ce qui ressemble à un naufrage collectif, force est de constater que les joueurs arrivés cet hiver ou l'été dernier n'ont pas réellement fait la différence, ou du moins pas dans les proportions espérées. 

Alvaro Morata

Grosse recrue de l'été dernier - arrivé du Real Madrid pour environ 80 millions d'euros - Alvaro Morata est loin d'avoir été le buteur providentiel que le champion d'Angleterre attendait. Second couteau dans l'esprit d'Antonio Cotne (qui souhaitait recruter Romelu Lukaku), avec la charge délicate de faire oublier Diego Costa, l'attaquant espagnol a déçu.

Entre blessures physiques et psychiques, l'ancien joueur de la Juve a trouvé le chemin des filets à 11 reprises cette saison en Premier League, sur 25 matches disputés (20 en tant que titulaire). Bien loin des 29 réalisations d'un Mohamed Salah qui marche sur l'eau à Liverpool, ou des 24 buts signés Harry Kane... Morata en est pour l'heure au même nombre de buts qu'Eden Hazard, derrière les Sterling (16), Vardy (16), Lukaku (15) Firmino (14) ou Son (12). Décevant pour un club de cette envergure. 

Tiemoué Bakayoko

Un constat s'impose : en arrivant à Chelsea, Tiemoué Bakayoko était supposé passer un cap, confirmer sa bonne saison monégasque et devenir peu à peu un incontournable du groupe France. Quelques mois plus tard, le constat est amer pour le milieu de terrain français, plus convoqué par Didier Deschamps et de moins en moins indiscutable en club. Recruté pour près de 45 millions d'euros, le champion de France a eu du mal à s'adapter... et à supporter la pression.

Titularisé 20 fois (25 matches disputés) en Premier League, l'ancien Rennais aura touché le fond en février dernier, lors d'une demi-heure catastrophique face à Watford (défaite 4-1) conclue sur un piteux carton rouge. A 23 ans, le joueur arrive à un moment charnière, qui le verra soit se remettre et franchir ce palier, soit sombrer et s'éterniser sur le banc. En attendant, le coeur du jeu des Blues souffre. 

Danny Drinkwater

Champion d'Angleterre avec Leicesrer en 2016, Danny Drinkwater faisait figure de recrue surprise et de dernière minute de Chelsea. Censé retrouver son ancien coéquipier N'Golo Kanté, il n'aura disputé que 12 matches de Premier League (cinq seulement en tant que titulaire), et sert surtout de remplaçant pour cirer le banc. Avec en prime une brouille avec Gareth Southgate, furieux de voir le milieu de terrain décliner une convocation en novembre parce qu'il ne se sentait pas "prêt". 

Antonio Rüdiger

Pas de Leonardo Bonucci - "traître" passé de la Juve au Milan AC - mais finalement Antonio Rüdiger, arrivé l'été dernier de la Roma. Aligné 22 fois (dont 20 en tant que titulaire), le défenseur allemand avait fait son trou. Mais ses contre-performances - la dernière en date lors de la défaite dans le derby contre Tottenham (3-1) - que ce soit dans un schéma de défense à trois ou à quatre ont fini par semer le doute dans l'esprit d'Antonio Conte et des supporters. Gary Cahill, pourtant un temps mis à l'écart, regagne peu à peu du temps de jeu, Cesar Azpilicueta est un pilier, Andreas Christensen bénéficie de la confiance de son coach malgré quelques bourdes de jeunesse... rien n'est acquis.

Davide Zappacosta

Pour Davide Zappacosta, ce fut avant tout une question d'adaptation. Recruté le dernier jour du mercato estival après l'échec de la piste Alex Sandro, l'Italien de 25 ans est venu pour Antonio Conte. Il serait d'ailleurs son plus fervent défenseur dans le vestiaire. Mais celui qui a joué 18 matches de Premier League (parmi lesquels dix titularisations) fait souvent les frais de la formule à cinq de son manager, qui lui préfère encore régulièrement Victor Moses et son impact physique. Impliqué, Studieux, il n'a cependant pas encore fait la différence.

Olivier Giroud

Lui non plus n'était pas tellement prévu au programme. Mais puisque Michy Batshuayi n'a jamais trouvé sa place dans l'esprit d'Antonio Conte et puisque Arsenal était décidé à arracher Pierre-Emerick Aubameyang, Chelsea a profité de l'aubaine pour recruter Olivier Giroud l'hiver dernier. L'attaquant français, qui se préparait à passer numéro 3 chez les Gunners, a donc suivi l'appel... de la sélection et les conseils de Didier Deschamps, qui lui réclamait du temps de jeu en club.

Arrivé pour un peu plus de 20 millions d'euros, l'ancien Montpelliérain n'a pas trouvé le chemin du but en championnat et n'enchaîne pas vraiment les matches (six rencontres, deux titularisations en Premier League). Décevant, pour lui comme pour le club, son entraîneur optant finalement par défaut pour Alvaro Morata (choix le moins risqué)... ou Eden Hazard en faux numéro 9. 

Emerson Palmieri

Difficile d'émettre un réal jugement sur Emerson Palmieri. Depuis son arrivée de la Roma cet hiver, le latéral gauche brésilien n'a joué... que deux matches de Premier League. A 23 ans, il a surtout des airs de pari d'avenir, ou de remplaçant à un Marcos Alonso qui est pour l'heure un indispensable du système Antonio Conte. 

Ross Barkley

Sinon, on recherche des nouvelles de Ross Barkley. Cible estival, l'ancien joueur d'Everton - privé de la première partie de saison pour blessure et bouderie - a atterri en équipe réserve pour, selon The Sun, retrouver sa forme physique. Il était du naufrage face à Bournemouth lors de la 25e journée (3-0)... son seul match de Premier League disputé avec Chelsea.