Bournemouth-Arsenal : Lacazette, la disette de dix heures

Alexandre Lacazette
Alexandre Lacazette AFP

Muet depuis huit matches et près de dix heures toutes compétitions confondues, Alexandre Lacazette vit sa plus longue période d'inefficacité offensive depuis 2013. Un vrai coup de fatigue pour le Français qui avait globalement réussi son intégration depuis son arrivée l’été dernier et qui tentera de se relancer à Bournemouth ce dimanche (en direct à 14h30 sur SFR Sport 1).

S’il a jugé l’expérience frustrante, Arsène Wenger a tiré des enseignements de sa position reculée ce mercredi lors de la demi-finale aller de la League Cup contre Chelsea (0-0) Suspendu, l’entraîneur français avait pris place dans la tribune de presse de Stamford Bridge et c’est de là qu’il a décidé de remplacer Alexandre Lacazette dès la 66e minute de jeu. Ce dernier est habitué à ne pas finir les matches (seulement trois disputés en intégralité cette saison en Premier League) et cela semble l’agacer. 

8h49 sans but en PL

Ce fut aussi le cas des supporters des Gunners qui ont accompagné la sortie d’un « You don’t know what you’re doing » (Tu ne sais pas ce que tu fais) destiné à l’Alsacien. Sur ce coup, Wenger avait de bonnes raisons de sortir l’ancien Lyonnais, décevant, à la place d’Alexis Sanchez. Depuis son but face à Manchester United (défaite 1-3) le 2 décembre, Lacazette n’a plus marqué. Cela fait près de dix heures, toutes compétitions confondues. Ramené à la Premier League, l’ancien Lyonnais est muet depuis sept matches, soit 8h49. 

Henry : « J’ai beaucoup aimé la manière dont il a joué lors de nombreux matches où il n’avait pas marqué »

La plus grande disette dans la carrière de Lacazette depuis 2013, lorsqu’il évoluait à Lyon. Recruté contre 53M€ l’été dernier, le joueur a plutôt convaincu avec huit buts en 22 matches de PL et une activité intéressante, même s’il doit toujours s’adapter aux spécificités physiques du championnat. Ses déplacements sont souvent loués même s’il pêche dans la finition comme lors du match de Premier League face à Chelsea (2-2), une rencontre où Alvaro Morata, l’attaquant adverse, avait aussi « mangé la feuille ». « Ces mouvements étaient très bons mais ce n’est simplement pas passé pour lui », avait déclaré Gary Neville, consultant pour Sky Sports. « J’ai beaucoup aimé la manière dont il a joué lors de nombreux matches où il n’avait pas marqué », tempérait aussi Thierry Henry.

Une défaite en dix matches avec Sanchez et Özil

Son ratio de conversion d’occasions est l’un des plus faibles (16%) parmi les joueurs qui ont marqué cinq buts ou plus cette saison en championnat. A sa décharge, le Français n’a pas trop eu l’occasion d’évoluer avec Mesut Özil et Alexis Sanchez cette saison. Lorsqu’il a été aligné ensemble, le trio n’a perdu qu’une fois en championnat (face à Manchester United). Il a surtout signé des performances de choix comme à Evrton (2-5) lors de leur première association, Tottenham (2-0), Liverpool (3-3) ou Huddersfield (5-0). 

Buteur à l’aller

Lacazette est moins à l’aise avec Danny Welbeck ou Alex Iwobi en soutien. Il doit pourtant se faire à l’idée de ne plus pouvoir compter sur Özil et/ou Sanchez à court ou moyen terme puisqu’ils sont tous les deux en fin de contrat en juin et susceptibles de partir cet hiver ou l’été prochain. Ce dimanche, Lacazette retrouvera un adversaire qui lui avait réussi puisqu’il avait marqué lors de la victoire au match aller (3-0). Il faut ces petits signes pour reprendre confiance.

Wenger : « Je ne suis pas inquiet »

« Cela l’affecte certainement un peu mais je ne suis pas inquiet, a indiqué Arsène Wenger après le nul à Chelsea (0-0). Il était un peu diminué physiquement ce mercredi soir parce qu’il n’était à son meilleur niveau dans le match. Il était très isolé. C’était un match difficile pour un buteur. Je ne suis pas inquiet. Il y a des cycles et actuellement, il en traverse un plus frustrant. » Le manager, qui purgera le troisième et dernier match de suspension, pourra suivre le réveil (ou non) de son joueur depuis les tribunes du Vitality Stadium.