Meredith, la première superstar de Manchester United et City

Getty Images

Le "Super Dé-100-bre" se poursuit ce dimanche sur SFR Sport 1 avec l’un des chocs de la saison en Premier League. Manchester City, leader reçoit United (dimanche dès 17h30) pour un derby au sommet du championnat. L’occasion de se replonger sur les acteurs qui ont donné une saveur particulière à cette affiche. Parmi eux Billy Meredith, l’une des premières stars du foot anglais, à la fois de Manchester United et de City ! Focus sur l’un des premiers grands noms à avoir évolué sous le maillot des deux équipes mancuniennes.

Le passage de Carlos Tevez n’a pas laissé que des bons souvenirs aux supporters de Manchester United. « L’Apache » s’est vu reprocher son passage chez l’ennemi juré, Manchester City. Mais bien avant lui, un joueur des Red Devils a fait encore mieux. Ou pire, tout est question de point de vue. L’ancien ailier gauche anglais, Billy Meredith a trouvé le moyen de jouer un match avec les Cityzens alors qu’il était toujours lié à United. Un crime de lèse-majesté et une situation inimaginable aujourd’hui tant la rivalité entre les deux équipes a grandi alors que le derby de Manchester se profile ce dimanche (dès 17h30 sur SFR Sport 1) pour la 16e journée de Premier League.

Une légende de City…

Billy Meredith, un nom qui ne parle pas forcément à grand monde à l’exception, peut-être, des inconditionnels du football mancunien. L’ailier, gaucher,  a pourtant pour particularité d’avoir joué plus de 300 rencontres avec chacun des deux grands clubs de Manchester. Sous le maillot des Skyblues, il a marqué pas moins de 129 buts entre 1894 et 1906 dont un doublé victorieux lors du premier derby de l’histoire. Mais son aventure chez les Citiyzens s’est mal terminée. Lors de la saison 1904-1905, City lutte pour le titre jusqu’à la dernière journée et un déplacement au Villa Park pour y affronter Aston Villa. La défaite 3-2 des Mancuniens leur ôte tout espoir de titre. Pire, après la rencontre, la fédération anglaise lance une enquête contre Billy Meredith.

Déjà dans l’œil du cyclone pour ses activités au sein du syndicat des joueurs (pour faire augmenter le salaire maximum des footballeurs, notamment), l’ailier est accusé d’avoir tenté d’acheter Alex Leake, capitaine des Villans. Malgré le manque de preuves directes, il est condamné comme plusieurs membres de l’encadrement du club et est suspendu pour 18 mois. Toujours interdit de terrain et exclu du syndicat des joueurs, il est finalement transféré chez le rival en 1906, à 32 ans.

…Mais aussi de United

En 1906 donc, et après une saison blanche, Billy Meredith s’engage avec United. Moins efficace sous le maillot des Red Devils (35 réalisations) que lors de son passage à City, il a quand même participé aux premiers succès du club avec deux titre en championnat (1908, 1911) et la FA Cup en 1909. Durant la première Guerre Mondiale, le « Magicien gallois » se met en colère après plusieurs retards dans le paiement de ses salaires par Manchester United. Le club s’était aussi engagé à lui verser les bénéfices d’un match amical disputé en son honneur après sa longue carrière.

La réaction de Meredith ne se fait pas attendre, il dispute plusieurs rencontres avec d’autres équipes dont une avec Manchester City puis une autre contre United. Mais tout finit par rentrer dans l’ordre et le Gallois reste encore plusieurs années à Old Trafford. Ses dribbles et sa vitesse balle au pied ont marqué les supporters du club et il reste encore le plus vieux joueur de l’histoire de Manchester United (46 ans) avant son départ en 1921.

Une icône éternelle des deux Manchester

Après United, Billy Meredith signe gratuitement à… Manchester City et y joue encore pendant trois saisons. En 1922-23, il est titulaire pour le dernier match disputé à Hyde Road puis évolue également dans la nouvelle enceinte des CItyzens au Maine Road Stadium. Pour son dernier match, il s’incline (2-1) avec son équipe fétiche face à Newcastle en demi-finale de FA Cup mais devient le plus vieux joueur de l’équipe première à 49 ans.

Après son décès dans l’anonymat et la pauvreté en avril 1958, moins de deux mois après le crash de Munich, Billy Meredith a finalement reçu l’hommage de toute sa ville, unie pour l’occasion. Les deux clubs rivaux se sont associés pour offrir une pierre tombale gravée à celui qui restera à jamais le pionnier des deux Manchester.