<

Gnagnon courtisé par 8 clubs, Séville très insistant

AFP

INFO SFR SPORT – Alors qu’il achève sa première saison professionnelle avec Rennes, Joris Gnagnon croule sous les propositions. Selon nos informations, Séville, qui avait vu sa première offre refusée en janvier, est revenu à la charge avec une nouvelle proposition concrète. Dans le même temps, le défenseur hésite toujours entre sélections française et ivoirienne.

Une seule saison professionnelle faite de 27 matches de Ligue 1 et déjà les propositions affluent pour Joris Gnagnon. Le défenseur rennais de 20 ans pourrait quitter le club breton cet été. Selon les informations de SFR Sport, huit clubs se sont positionnés pour le joueur. Si l’Inter, Tottenham, Chelsea, Porto, Dortmund, le Bayer Leverkusen et Mönchengladbach se sont renseignés, une offre concrète a été communiquée au Stade Rennais. 

Cette offre émane de Séville, dont la première proposition avait été refusée en janvier dernier (10 millions d’euros). Les Sévillans avaient alors recruté le défenseur nancéien Clément Lenglet. Le club andalou propose à Joris Gnagnon un contrat de quatre ans et une indemnité de transfert de 13 millions d’euros à Rennes. Le joueur serait enclin à partir mais n’ira pas au clash et suivra la décision du Stade Rennais.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Non, il n’a pas choisi entre France et Côte d’Ivoire

Par ailleurs, Joris Gnagnon n’a pas choisi entre l’équipe de France et la Côte d’Ivoire, contrairement à ce que laissait entendre cette photo de lui prenant la pose avec le maillot des Eléphants dévoilée la semaine dernière. Le natif de Bondy subit une cour assidue de la part de la Fédération ivoirienne, qui tente même de le convaincre en lui promettant des primes supplémentaires s’il choisit d’opter pour le pays d’origine de ses parents. 

Le Rennais s’est vu convoqué en sélection ivoirienne pour le match amical face aux Pays-Bas le 4 juin et le début des éliminatoires de la CAN. Une façon de lui mettre la pression. Mais, blessé, Joris Gnagnon ne devrait pas y répondre. Prolongeant donc le temps de la réflexion.