<

Revenu de loin, Tottenham prend une option à Turin

Panoramic
Mené 2-0 après moins de dix minutes de jeu, Tottenham est parvenu à arracher un match nul sur la pelouse de la Juventus ce mardi (2-2), en huitièmes de finale aller de Ligue des champions. Malgré leur entame ratée, les Spurs ont pris l'ascendant dans le jeu sans jamais paniquer, s'en remettant à leurs atouts Harry Kane et Christian Eriksen pour revenir au score. Avantage Tottenham avant le match retour à Wembley (le 7 mars) face au finaliste de la dernière édition. 

Pour prouver qu'on entre dans la cour des grands, il faut aussi savoir jouer contre les éléments, les accepter et avancer. Deux buts encaissés en moins de dix minutes laissaient augurer un véritable cauchemar italien pour Tottenham, qui donnait l'impression d'être tombé dans un traquenard sur le terrain de la Juve. Sur une inspiration de Miralem Pjanic sur coup franc, les hommes de Massimiliano Allegri ont ouvert le score grâce à une frappe en pivot sans contrôle de Gonzalo Higuain (2e minute). Sur une faute grossière de Ben Davies, les Turinois doublaient la mise avec un penalty de l'attaquant argentin, avec un Hugo Lloris parti du bon côté mais un peu court. 9e minute, 2-0 Juve, l'affaire semblait mal embarquée. 

Kane puis Eriksen pour le joli coup

Mauricio Pochettino a le sang chaud. Mais il n'est pas un adepte des réactions déraisonnées. C'est par le jeu que doit se trouver la solution... et c'est en effet par le jeu que les Spurs sont revenus dans la partie, prenant peu à peu le contrôle du ballon et du terrain. Avec un Mousa Dembélé impressionnant à la récupération, le club londonien n'a pas paniqué, a posé son jeu, insisté dans l'axe, varié en passant sur le côté gauche... Avec près de 60% de possession de balle à l'extérieur et l'esprit d'initiative, le cinquième de Premier League a fait preuve de patience. Et cela a fini par payé. 

Qui d'autres que Harry Kane pour sonner la révolte et remettre les siens à l'endroit ? Masterclass contre le Real Madrid en phase de poules, l'attaquant anglais a réduit l'écart à la 35e minute, lancé par Dele Alli, pour boucler l'affaire en passant côté gauche, en feintant Gianluigi Buffon qui, éliminé d'un crochet, n'a pu que constater la précision de la frappe du gauche du meilleur buteur d'Europe en 2017. Eriksen, proche de l'égalisation avant la pause sur une frappe lointaine flottante, a terminé le travail à la 72e, sur un coup franc direct frappé à ras de terre, venu raser le poteau droit de Buffon. 

Des regrets pour la Juve, vraiment ?

Le scénario peut faire nourrir de grands regret à la Juve, qui a même vu Gonzalo Higuain rater un penalty juste avant la mi-temps. Venu se loger sur la barre de Hugo Lloris, ce ballon aurait pourtant mis un sacré coup sur la tête de Spurs en plein essor sur la pelouse italienne. Mais le champion d'Italie a tenté trop peu de choses pour espérer mieux face à un sérieux concurrent. « Je suis ravi du caractère, de la personnalité dont l’équipe a fait preuve, se réjouissait le manager après le match. On a marqué deux fois face à une équipe qu’il est difficile de faire flancher. Et nous avons joué du grand football. » Arrivé à pas de loup dans la compétition, Tottenham confirme que sa première place devant le Real en phase de poules n'était pas due au hasard : les joueurs de Mauricio Pochettino ont du talent et surtout des ressources, aussi bien mentales que dans le jeu.  

Ils ont aussi un Harry Kane qui a mis à mal la défense de la Juve, qui n'avait encaissé qu'un seul but lors de ses 16 derniers matches (!). Avec son septième but dans la compétition, l'attaquant anglais met fin à près de 700 minutes d'invincibilité de Gianluigi Buffon et devient le seul joueur à avoir marqué autant lors de ses neuf premiers matches de la saison en Ligue des champions avec une réalisation de plus que les Ronaldinho, Simone Inzaghi, Didier Drogba ou Diego Costa. Enorme mais après tout, tout le monde le sait capable d'empiler les records. Rendez-vous à Wembley le 7 mars, avec un avantage dans la tête et dans le score.