<

Scholes demande aux joueurs de Liverpool d’arrêter de pleurnicher

Reuters

Capable d’être cinglant quand il s’agit d’exercer son nouveau métier de consultant, Paul Scholes n’a pas mâché ses mots concernant le comportement des joueurs de Liverpool samedi, durant la finale de la Ligue des champions perdue contre le Real Madrid (3-1). L’ancienne légende de Manchester United regrette le trop-plein d’émotivité autour de la sortie sur blessure de Mohamed Salah. 

Le sujet fait débat depuis samedi soir, depuis cette demi-heure de jeu qui a vu Mohamed Salah sortir, une épaule dans le sac, blessé dans un duel avec Sergio Ramos qui fait polémique. Dans une finale perdue par Liverpool face au Real Madrid (3-1) qui a également vu Loris Karius commettre deux énormes bourdes et coûter deux buts. 

Paul Scholes n’a pas mâché ses mots, reprochant aux joueurs leurs larmes durant un match aussi important. « Je crois que je peux comprendre Karius, il est dévasté par ce qui arrive. En revanche, les blessures font partie du jeu, insistait l’ancien milieu de terrain de Manchester United au micro de l’UEFA. Si on revient quelques années en arrière, quelqu’un qui pleurait sur le terrain se prenait des coups de bâton. Aujourd’hui c’est différent, les joueurs sont sensibles et s’emportent facilement. » 

« Je ne pense pas avoir un jour pleuré sur le terrain »

Paul Scholes avait manqué la finale de la Ligue des champions remportée par Manchester United en 1999, en raison d’une suspension. « Ça va changer quoi, de pleurer ?, lance-t-il. Evidemment que j’étais déçu, mais jusqu’aux larmes ? Non. Je ne pense pas avoir un jour pleuré sur le terrain. Peut-être quand j’avais 11-12 ans et que nous perdions une finale de coupe ou quelque chose comme ça… »

Reste un constat : oui, les Reds ont un besoin urgent de recruter un gardien capable de faire la différence… mais pas en défaveur de son équipe. « Je pense qu’à Liverpool, ils savent ce dont ils ont besoin pour se renforcer au poste de gardien. Et je pense même qu’ils le savent depuis pas mal de temps, estime Paul Scholes. Est-ce que cela va accélérer le processus ? C’est probable. Je sais que Jürgen Klopp a montré de la confiance à Karius mais je ne pense pas qu’il ait les qualités qui font que vous allez gagner la Ligue des champions ou la Premier League. On cherche toujours à avoir un grand gardien. » Alisson Becker est pour l’instant la priorité absolue de Jürgen Klopp, selon la presse anglaise.