Riolo : « Jardim a construit un groupe incroyable à Monaco »

Leonardo Jardim fête la qualification avec ses joueurs
Leonardo Jardim fête la qualification avec ses joueurs AFP

CHRONIQUE. Présentateur de l’émission « Transversales » sur SFR Sport 1, Daniel Riolo revient sur la qualification de Monaco pour les demi-finales de la Ligue des champions après sa victoire sur le Borussia Dortmund (3-1) ce mercredi soir en quart retour. Impressionné par une équipe dont on sait plus jusqu’où elle pourrait bien aller dans cette compétition.

Mais où Monaco peut-il s’arrêter ? C’est à chaque fois plus surprenant. Parce que je veux bien qu’avec l’avantage de l’aller, l’ASM était dans le confort, mais de là à mener 2-0 après 17 minutes… Le Borussia commence plutôt bien. Bon pressing et volonté de vite mettre le feu en face. Mais à chaque fois que Monaco sort, ça fait but ! Mbappé est toujours en feu, Falcao est de nouveau un attaquant de classe mondiale. Mais ce qui ressort surtout de cette équipe, c’est sa sérénité. Attention, être serein, ça ne veut pas dire être « pépère » ! C’est contrôler l’événement sans s’affoler, sans être tributaire d’une occasion réussie ou manquée. Et dans le jeu, l’ASM s’adapte. Il faut défendre, ça défend, il faut contrer, ça va vite. Tout est bien fait. Et quand le BVB pêche dans l’efficacité, Monaco, lui, fait mal, très mal ! La confiance que dégage l’équipe provoque une réussite insolente.

Parmi les autres qualités, il y a aussi cette agressivité permanente. Pour ça, il n’y a pas besoin d’avoir les meilleurs du monde, ce n’est pas une affaire de budget. C’est la tête, l’attitude. Et le mental de cette ASM est épatant. L’illustration, c’est la charnière Glik/Jemerson. Ça vaut combien au début de la saison ? On est sûr que c’est rangé dans les meilleurs défenseurs à l’époque ? Sans parler de Mbappé, tombé du ciel cette année. Jardim a construit un groupe incroyable en travaillant sur la confiance qui permet à la technique de s’exprimer pleinement. Le BVB fait une belle première période et se crée plusieurs occasions ou belles situations. Dire que les Allemands dominent me paraît logique. Ça manque toutefois de justesse technique dans le dernier geste. Mais même bousculé, ce Monaco sait subir. Le score oblige Tuchel à agir vite et à lancer Dembelé plus tôt que prévu. Voulait-il contrôler avant de tout lâcher ? 

Ce qui est sûr ce que comme à l’aller, les choix initiaux du coach de Dortmund n’étaient pas les bons. A trois derrière contre le bon 4-4-2 de l’ASM, c’était un mauvais choix. Et comme au retour, il a corrigé en cours de match. Trop tard ? Peut-être. Et même si Dortmund marque dès la 48e, Monaco a de la marge. Les Allemands vont devoir se livrer beaucoup et ça fera forcément de l’espace pour l’ASM… Reste que la nouvelle organisation du BVB pousse l’ASM à reculer. La pression est nette. Jardim fait entrer Dirar et laisse Mbappé seul devant. Monaco va maintenant principalement défendre. L’ASM fait ça très bien. Les sorties de balles sont souvent excellentes et donnent de belles situations de contre. Le Borussia est coupé en deux. A peine entré, Germain est au bout du contre. 3-1. C’est parfait. Du début à la fin, Monaco aura géré son match comme il le fallait…

Dans l’autre match, la Juventus Turin a montré ce qu’il fallait faire après un match aller gagné 3-0. Ne pas reculer, savoir souffrir et subir dans les moments chauds et être calme pour bien sortir et utiliser les ballons de contre. Collectivement, la Juve a affiché un visage déterminé et chaque joueur a participé au travail collectif. Dans cet ensemble, j’aimerais mettre en avant le travail de Gonzalo Higuain. Il n’a pas marqué mais je l’ai trouvé excellent. Il a été le premier défenseur et a bonifié tous ces ballons. Cette Juve est évidemment un candidat au titre cette année.