<

PSG : Pour Neymar, "rien n’est impossible"

Neymar face à Raphaël Varane
Neymar face à Raphaël Varane Panoramic

S’il a pointé du doigt certaines erreurs, Neymar estime que la situation du PSG n’est pas catastrophique malgré la défaite sur le terrain du Real Madrid (3-1), mercredi lors du 8e de finale aller de la Ligue des Champions. Il convoque notamment le souvenir de la remontada du Barça face au PSG l’année dernière. 

A l’instar de ses partenaires, Neymar a vécu une soirée frustrante mercredi. Tranchant mais pas décisif, le Brésilien a subi de plein fouet le froid réalisme du Real Madrid qui s’est imposé face au PSG (3-1) en 8e de finale aller de la Ligue des Champions. « Le bilan que je fais c’est que je pense que nous avons péché à certains moments, a-t-il regretté à l’issue du match. Nous n’avons pas eu la tranquillité et la maturité pour jouer dans la seconde moitié de la deuxième période. Il nous a manqués des petits détails et nous devons rectifier cela. Nous n’avons pas fait une mauvaise partie mais nous devons nous améliorer si nous voulons passer face au Real Madrid. » 

« Il (Emery) fait ce qu’il veut avec l’équipe »

L’ancien joueur du Barça n’a pas souhaité s’étendre sur les choix de son entraîneur Unai Emery qui avait notamment décidé de laisser Thiago Silva sur le banc et de titulariser Lo Celso au poste de n°6. « Ça je ne peux pas, je ne veux pas commenter, a-t-il balayé. C’est lui l’entraineur, c’est lui le commandant et il fait ce qu’il veut avec l’équipe. »

« L’an dernier j’ai traversé une situation beaucoup plus compliquée »

Le joueur n’est pas catastrophé pour autant par la situation des Parisiens qui devront renverser le Real dans trois semaines au Parc des Princes. « Je pense que la situation est difficile mais rien n’est impossible, conclut-il. L’an dernier j’ai traversé une situation beaucoup plus compliquée et nous avons réussi à passer (le Barça avait éliminé le PSG en s’imposant 6-1 au retour après avoir perdu 4-0 à l’aller, ndlr). J’espère que l’équipe fera une meilleure performance pour y arriver. » C’est en effet indispensable.