Monaco-Dortmund : Mais où s’arrêteront Mbappé et la jeunesse monégasque ?

La joie de Kylian Mbappé après la qualification contre le Borussia Dortmund
La joie de Kylian Mbappé après la qualification contre le Borussia Dortmund AFP

Vainqueurs 3-1 du Borussia Dortmund ce mercredi soir en quart de finale retour de la Ligue des champions (6-3 sur l’ensemble des deux matches), avec encore un but de la pépite qui multiplie les records Kylian Mbappé, l’AS Monaco va disputer les demies contre le Real Madrid, la Juventus Turin et l’Atlético de Madrid. Si la mission s’annonce compliquée, rien ne semble impossible pour la flamboyante jeunesse du club leader de Ligue 1.

Il suffisait de voir les fils Twitter des médias étrangers pour comprendre. Au moment de présenter le match ou de donner des évolutions en cours de rencontre, point de Falcao (pourtant joueur le plus connu de l’effectif en dehors de nos frontières) dans les montages photos produits pour l’occasion. A la place, le visage souriant d’un certain Kylian Mbappé. A 18 ans, la pépite monégasque continue d’affoler l’Europe de son talent. Et ce n’est pas la double confrontation face au Borussia Dortmund en quart de finale de la Ligue des champions qui va calmer la hype autour de son nom. Auteur d’un doublé à l’aller en Allemagne, le néo-international français s’est encore rappelé – même s’ils ne l’avaient jamais oublié – au souvenir de tous les gros clubs européens en ouvrant la marque dès la troisième minute ce mercredi soir à l’occasion du match retour.

Un but, son cinquième sur ses sept derniers matches de C1, qui a lancé l’ASM vers un succès 3-1 (les autres réalisations signées Falcao en première, pour son quarante-cinquième but en cinquante rencontres européennes, et Valère Germain en seconde, marqué... vingt-deux secondes après son entrée, Marco Reus ayant réduit l’écart au retour des vestiaires) synonyme de qualification pour le dernier carré de la plus grande compétition européenne, une première pour un club français depuis Lyon en 2009-10 et une quatrième dans l'histoire de Monaco après 1994, 1998 et 2004. Et un but qui permet à Mbappé de remplir sa besace de quelques records de précocité supplémentaires. Plus jeune joueur à atteindre un total de cinq buts en Ligue des champions, premier à marquer lors de chacun de ses quatre premières rencontres à élimination directe en C1 (et sixième à le faire lors de ses quatre premières titularisations dans cette épreuve), désormais septième meilleur buteur français de l’histoire de la compétition à égalité avec Antoine Griezmann et à trois longueurs de Zinedine Zidane (!), l'homme qui affole les recruteurs et qui a marqué seize buts lors de ses seize derniers matches toutes compétitions confondues avec son club semble toujours repousser les limites.

« S’il n’a pas de blessure, il va devenir le plus grand attaquant au monde », jugeait ainsi William Gallas quelques secondes après la qualification monégasque dans « Le Vestiaire » sur SFR Sport 1. Un Mbappé superstar en devenir, donc, mais aussi symbole d’une jeunesse monégasque dont on se demande bien jusqu’où elle va aller. Toujours leader en Ligue 1, où la bataille pour le titre avec le PSG fait rare, l’ASM va devoir gérer ce sprint final avec la perspective d’une alléchante demie de Ligue des champions face au Real Madrid, à la Juventus Turin ou à l’Atlético de Madrid, les trois autres qualifiés. Alors, les hommes de Leonardo Jardim peuvent-ils aller au bout treize ans après la finale perdue (contre Porto) par ceux de Didier Deschamps ?

La mission, comme toujours à ce niveau de la C1, s’annonce très compliquée. Mais comment ne pas se dire que cette équipe qui transpire la confiance et la transforme en réussite n’aura pas sa chance ? Machine offensive implacable, Monaco peut marquer des buts face à n’importe qui. Les joueurs du Rocher peuvent aussi en prendre, et il faudra faire attention à cela s’ils tombent face au Real d’un Cristiano Ronaldo capable d’enflammer n’importe quelle rencontre. Mais après avoir éliminé Manchester City puis le Borussia Dortmund dans une saison de plus en plus impressionnante, impossible n’est plus monégasque. « On a l’impression qu’ils peuvent aller jusqu’au bout », estime ainsi Gallas. Balayer cette hypothèse sans discussion n’est désormais plus crédible. L’ASM a bien mérité ça.