Liverpool-FC Séville : Le douloureux souvenir de Bâle

AFP

Liverpool retrouve la Ligue des Champions après deux ans d’absence, ce mercredi face au FC Séville (20h45) contre qui les Reds s’étaient inclinés en finale de la Ligue Europa en 2016. Un douloureux souvenir à effacer mais surtout la confirmation que l’équipe de Jürgen Klopp a bien grandi depuis. 

Si le Borussia Dortmund et le Celtic Glasgow ont contribué à faire entendre le « You’ll Never Walk Alone » en Ligue des Champions, il n’a plus résonné depuis deux saisons à Anfield Road. Ce sera donc un moment vibrant ce mercredi lors du match entre les Reds et le FC Séville, lors de la première journée de C1. Le choc entre les deux favoris du Groupe E sera aussi la revanche de la finale de la Ligue Europa 2016 disputée à Bâle (Suisse). Alors emmenés par Unai Emery, les Andalous s’étaient imposés en grands habitués (3-1 après avoir été menés 1-0) pour signer un triplé inédit. 

Klopp : « Nous sommes plus forts que nous l’étions en finale »

Depuis, les choses ont changé selon Jürgen Klopp qui retrouve aussi la C1 deux ans après sa dernière campagne avec le Borussia Dortmund. « Je pense que nous avons déjà prouvé que nous sommes plus forts que nous l’étions en finale, assure l’Allemand. C’était une défaite terrible mais nous avons franchi un grand palier. Nous avons changé beaucoup de choses depuis la finale mais c’est toujours comme ça et Séville a aussi progressé. »

Dix joueurs sur onze sont toujours là

A l’exception de Kolo Touré (parti au Celtic Glasgow depuis), dix des onze joueurs titulaires pour Liverpool ce soir-là sont toujours au club. Entre temps, Jordan Henderson (remplaçant en finale) est devenu incontournable au milieu de terrain et Sadio Mané et Mohamed Salah sont arrivés. Ce mercredi, Loris Karius sera titulaire alors que Simon Mignolet était dans le but il y a 16 mois. De son côté, Séville a arraché sa place en C1 en terminant 4e de la Liga derrière le trio Barça-Real-Atlético puis en franchissant l’épreuve du barrage face à Istanbul Basaksehir (4-3 sur l’ensemble des deux matches). 

Klopp peine face aux Espagnols

« Ils ont connu une saison très fastueuse donc ce sera vraiment intéressant pour nous, salive Klopp. Ce sera un match de Ligue des Champions, pas la Ligue Europa, pas une finale comme en 2016, mais la vraie Ligue des Champions. » Face à un adversaire qui éblouit Klopp et qui signe un gros début de saison (deux victoires, un nul en Liga) sous les ordres d’Eduardo Berizzo, successeur de Jorge Sampaoli. Klopp n’est d’ailleurs pas trop en réussite face au clubs espagnols (six victoires en 17 matches).

« Oh mon Dieu, c’est du vrai football ! »

« Quand le tirage a eu lieu, les gens disaient que nous étions chanceux avec ce groupe mais quand tu regardes Séville et que tu les analyses, tu te dis : "oh mon Dieu, c’est du vrai football", poursuit l’ancien entraîneur de Dortmund. Un bon mix de technique, de plans de jeux différents, de rester cool, de bons footballeurs et d’être cruels comme le sont les équipes espagnoles. Ils ne sont pas timides face aux défis. C’est un vrai challenge pour nous mais nous voulions tellement être là que maintenant, nous devons montrer ce que nous sommes. » Pour effacer le traumatisme de Bâle et entrer du bon pied dans une compétition qui a trop manqué à une ville entière.