<

Le Barça renvoie Chelsea à ses études… et laisse deux "survivants" à la Premier League

Marcos Alonso
Marcos Alonso Reuters

Logiquement surclassé par un Barça plus fort (3-0) ce mercredi soir en huitième de finale retour de la Ligue des champions, Chelsea ne verra pas les quarts de la plus grande compétition européenne. Comme Tottenham et Manchester United. La Premier League, qui rêvait de faire au moins quatre sur cinq, ne garde que Manchester City et Liverpool comme représentants.

Certains rêvaient des exploits de Tottenham et Chelsea et d’un Manchester United bien plus fringant pour un improbable cinq sur cinq. Mais la Juve reste la Juve, trop efficace, le Barça reste le Barça, trop fort, et les Reds Devils… sont les Red Devils de José Mourinho, trop déprimants. Après son sans-faute en phase de poules avec cinq qualifiés pour les huitièmes sur cinq représentants, la Premier League est un peu redescendue sur terre avec seulement deux membres qui verront les quarts de finale en avril, le leader du championnat Manchester City et le très offensif Liverpool. Les deux ont le talent pour atteindre les demies, voire mieux. Mais la concurrence se resserre dans l’excellence. Maître de l’intensité, la richissime Premier League a plus que les armes pour rivaliser avec tout le monde sur le continent.

Mais cette intensité, justement, lui joue sans doute parfois des tours. Et la trêve hivernale instaurée dans les années à venir – en février, on ne touche pas au sacro-saint Boxing Day et à la période des fêtes – pourrait faire du bien à ses clubs sur la scène européenne. En attendant, il faut analyser l’élimination anglaise du soir. Elle est tout sauf illogique.Chelsea n’était pas favori face au Barça et son joli coup tactique du match aller, gâché par la bourde de Christensen, ne changeait pas grand-chose à ce constat. Les hommes d’Antonio Conte devaient signer un véritable exploit au Camp Nou pour obtenir un billet pour les quarts. Mais les Blues n’en avaient pas les capacités. Car en face, l’adversaire était trop fort. Surtout un petit lutin argentin. Une réalité rappelée dès la troisième minute de jeu pour le but le plus rapide de la carrière d’un certain Lionel Messi. Histoire d’enfoncer les espoirs londoniens, les Catalans doublaient vite la mise pour le premier but du Français Ousmane Dembélé sous les couleurs du Barça (20e). Un bijou signé Messi enfoncera le clou en seconde période (63e) pour son centième but dans la compétition et la onzième qualification de rang de son équipe pour les quarts de la C1, nouveau record de la compétition.

Les Blues, qui n’ont pas toujours eu de réussite cette saison en Ligue des champions avec un total de six poteaux ou barres touchés (comme Liverpool) donc… quatre dans ces deux matches contre le Barça (deux à chaque fois), et qui auraient pu (dû ?) obtenir un penalty à 2-0 contre eux au Camp Nou, n’auront donc jamais pu rêver à une qualification qui aurait tenu de la surprise vu la forme des deux clubs cette saison. Ils vont désormais devoir cravacher pour espérer retrouver la C1 l’an prochain. Cinquième de Premier League à quatre longueurs des Reds, cinq de Tottenham et neuf de Manchester United – on évitera de donner l’écart indécent avec le leader Manchester City – à huit matches de la fin de saison, Chelsea n’a plus beaucoup le droit à l’erreur. Déjà éliminé en Cup, les Londoniens ne gagneront aucun trophée cette saison et devraient voir Conte les quitter cet été. Que le titre en Premier League de la saison dernière semble loin…