<

Klopp avait prédit une finale pour Liverpool

Klopp
Klopp Panoramic
Liverpool se frotte au Real Madrid samedi, en finale de la Ligue des champions (20h45). Jürgen Klopp connaît bien la pression qu'engendre ce type de rendez-vous. Il y a deux ans, il avait vécu la finale de la Ligue Europa, perdue face à Séville. Jordan Henderson se souvient que son discours d'après-match laissait présager une nouvelle finale.

Jürgen Klopp n'en est pas à son premier coup d'essai dans une compétition européenne. Le manager des Reds, qui affronte le Real Madrid en finale de C1 samedi, a déjà goûté à la défaite avec son club en 2016, en finale de la Ligue Europa (remportée 3-1 par Séville). Ce soir-là il retrouve ses hommes, déconfits, rongés par la culpabilité d'avoir loupé leur grand rendez-vous. Le technicien, lui, n'est pas dans le même état d'esprit. "Il a pris du recul et s'est projeté dans le futur en nous disant que c'était un grand moment dans nos carrières et qu'on apprendrait de cette expérience, raconte le capitaine Jordan Henderson. (...) Je ne me souviens pas de ses mots mais il nous a fait ressentir que c'était le début de quelque chose."

Les paroles de Klopp, un acte fondateur

Malgré la déception ambiante, l'Allemand avait déjà prévu de se rattraper en écrivant l'histoire. "Il avait ce genre de vision qui me faisait penser qu'on se qualifierait pour une autre finale dans le futur, se souvient le milieu de terrain. Il voulait que cette finale serve à nous unir et qu'on puisse en faire quelque chose de positif. De manière à ce que si nous atteignons de nouveau une finale, nous soyons prêts. A ce moment-là, j'ai senti qu'il était persuadé qu'on aurait une autre finale à disputer." Son discours a pour le moins eu de l'impact sur le mental de ses hommes, bien décidés à se rattrapés. Deux ans plus tard, c'est chose faite.

"C'est notre leader et tout le monde le respecte, s'enthousiasme Hendo. Il a créé quelque chose de spécial dans le vestiaire avec des joueurs exceptionnels. (...) Je suis certain qu'on va dans le bon sens. Je peux vraiment voir à quel point l'équipe a faim de succès. Passer outre ce premier obstacle et remporter la Ligue des champions, ce serait un pas de géant."