Guardiola, l’accro(c) à la Ligue des Champions

Pep Guardiola
Pep Guardiola AFP

Il y a 181 jours, le 15 mars dernier, Pep Guardiola subissait la première élimination d’une de ses équipes, Manchester City, avant les demi-finales de la Ligue des champions. Sorti par Monaco en 8es de finale, l’Espagnol repart en campagne ce mercredi sur le terrain du Feyenoord Rotterdam (20h45) dans une compétition où il a forgé sa légende. 

Pep Guardiola ne vit que pour les belles choses : le beau jeu bien sûr et les trophées clinquants évidemment. Depuis son arrivée à Manchester City, il a pratiqué le premier par séquences mais n’a pas encore levé les bras en vainqueur. Il en fut même assez loin et pour beaucoup, sa première saison est un échec. Troisième de Premier League, dans un championnat ultra-concurrentiel qu’il n’a pas jaugé à sa juste mesure notamment dans l’engagement, l’Espagnol est tombé d’encore plus haut sur la scène européenne. L’élimination des Citizens dès les huitièmes de finale de la Ligue des Champions face à Monaco est même considéré comme le plus gros raté de sa carrière d’entraîneur. 

La Une du cahier sport du Telegraph
La Une du cahier sport du Telegraph DR

Pour le Manchester Evening News, le huitième retour perdu 3-1 à Monaco (alors que l’aller avait été remporté 5-3) est le match qui a eu « le plus gros impact sur les plans de Guardiola à Man City ». Celui qui a égratigné son aura. Avant cela, le Catalan avait systématiquement atteint le dernier carré de la C1. Quatre fois avec Barcelone, trois avec le Bayern Munich pour deux victoires finales (2009, 2011). Il attend donc de sa neuvième campagne qu’elle confirme que cette élimination n’est qu’un accroc dans son amour de la Coupe aux grandes oreilles. 

Iniesta le sauveur, Drogba hystérique

Celui-ci a débuté de manière incandescente dès sa première saison comme entraîneur (2008-2009) à la tête du Barça. Emmenés par Lionel Messi, les Catalans balaient tout sur leur passage jusqu’à la demi-finale dont ils se sortent miraculeusement grâce à un but d’Andrès Iniesta au bout de la nuit (1-1) et malgré plusieurs erreurs d’arbitrage en leur faveur qui avait rendu fou Didier Drogba. L’Ivoirien avait craqué devant les caméras : ‘’It’s a fucking disgrace’’, avait-il lâché. Soulagé, le Barça ne laissera aucune chance à Manchester United (2-0) en finale.  

Un passif avec Mourinho

La saison suivante, les Catalans s’étaient heurtés au mur érigé par José Mourinho à l’Inter Milan (3-1, 0-1) dans une rencontre où Samuel Eto’o avait passé la majeure partie de son temps au poste d’arrière gauche. L’arrosage automatique du Camp Nou (déclenché volontairement) n’avait pas calmé l’effusion de joie des Italiens, futurs vainqueurs de l’épreuve. Guardiola prendra sa revanche un an plus tard face à Mourinho, devenu entraîneur du Real Madrid, en sortant le grand rival en demi-finale avant de s’imposer en finale de nouveau face à Manchester United (3-1). 

L’aventure mitigée du Bayern

Il conclura son aventure catalane en Coupe d’Europe un an plus tard par une élimination face à Chelsea. Battus 1-0 à l’aller, les Catalans avaient inversé la tendance en menant 2-0 à 11 contre 10. Trop sûrs d’eux, ils s’étaient finalement fait punir par les Londoniens (2-2) qui avaient levé la Coupe aux grandes oreilles quelques semaines plus tard. Après une pause d’un an, il avait repris ses bonnes habitudes au Bayern Munich. En trois ans, il a toujours mené les Bavarois dans le dernier carré. Sans aller plus loin puisque le Bayern s’est arrêté trois années de suite aux portes de la finale (face au Real en 2013-2014, face au Barça en 2014-2015, puis face à l’Atlético en 2015-2016).

« Je suis venu ici pour gagner en Europe. J’ai essayé et j’essaierai encore. »

Un bilan qui lui vaudra quelques critiques en Bavière alors qu’il avait repris un club sacré champion d’Europe lors de son arrivée. Cela l’avait agacé. Celles de la presse anglaise la saison passée avaient plus de sens puisque l’élimination face à Monaco avait fait capoter prématurément la soif de titre de l’Espagnol. « Je suis venu ici pour gagner en Europe, avait-il rappelé en mars dernier. J’ai essayé et j’essaierai encore. » Cela commence dès ce mercredi (20h45) sur le terrain du Feyenoord Rotterdam.