Grâce à la vidéo, Wenger aurait gagné la Ligue des champions

AFP

Avec des si, Arsène Wenger assure qu’Arsenal aurait gagné la finale de la Ligue des champions 2006 face au Barça grâce à l’assistance vidéo. Mais pas que. Des regrets éternels alors la Coupe des confédérations s’appuie sur cette avancée technologique pour valider ou infirmer des actions litigieuses. Avec plus ou moins de réussite.

L’utilisation en conditions réelles de l’assistance vidéo (VAR) durant la Coupe des confédérations ne laisse personne indifférent. Entre les farouches opposants et les fermes partisans, point de nuance et d’avis intermédiaire. La vidéo, aimez-là ou proscrivez-là ! Pour Arsène Wenger, cette avancée technologique aurait dû être adoptée bien plus tôt. Et pour cause : elle aurait notamment permis selon lui en 2006 à Arsenal de remporter la Ligue des champions.

Avec l’utilisation de la vidéo, Wenger n’a aucun doute sur le fait qu’elle aurait changé le cours de sa carrière. Et l’issue de la finale de la C1 face au Barça. Rappel des faits : Arsenal mène 1-0 grâce à Sol Campbell. Il reste 14 minutes à jouer quand Samuel Eto’o réduit la marque. Avant que les Catalans n’enfoncent le clou à quatre minutes de la prolongation par Juliano Belletti, pour finalement s’imposer 2-1. Et le rêve de s’écrouler.

« C’est le trophée qui me manque… »

« Si je ne devais retenir qu’un seul moment où la vidéo nous aurait été utile, c’est sans aucun doute l’égalisation des Barcelonais en 2006 parce qu’il y avait hors-jeu, a expliqué le technicien alsacien sur le Player d’Arsenal. Nous menions 1-0, il restait peu de temps à jouer. C’est le trophée qui me manque, vous savez, car c’est le plus important de tous. »

Parmi les autres décisions clés qui auraient pu changer le cours de l’histoire des Gunners figure l’expulsion de Van Persie en 2011, à la 56e minute du huitième de finale retour de Ligue des champions à Barcelone alors qu’Arsenal tenait le nul (1-1), synonyme de qualification : « C’est tombé au moment où nous étions qualifiés face à une très forte équipe et ça a été une décision difficile à accepter. Ca a basiquement tué toutes nos chances de qualification. »

Enfin, l’ancien coach de Monaco regrette aussi que la vidéo n’ait pu être utilisée cette saison lors du quart de finale retour de la C1 entre Arsenal et le Bayern Munich (5-1 à l’aller comme au retour) : « L’expulsion de Laurent Koscielny pour penalty et le but de Lewandowski hors-jeu auraient pu être invalidés, conclut Wenger. Ce sont les trois événements qui me viennent spontanément à l’esprit mais j’en oublie probablement beaucoup, beaucoup, beaucoup d’autres… »