<

Real-Liverpool : Bale et Karius volent la vedette à Salah

Gareth Bale
Gareth Bale Panoramic

Finale de Ligue des champions oblige, les journaux anglais et espagnols ont accordé une place de choix au Real Madrid et à Liverpool. Si l'Espagne célèbre des Madrilènes, désormais triples tenant du titre après leur victoire(3-1), l'Angleterre salue la renaissance de Gareth Bale et souligne le contraste saisissant avec la détresse de Mohamed Salah et Loris Karius.

La presse anglaise espérait bien glisser une photo de Mohamed Salah en une de ses différents quotidiens. Mais certainement pas de cette manière. Tout Liverpool attendait de voir une image de l’Egyptien avec le trophée de la C1 entre les mains. Malheureusement il n’en sera rien. Après la défaite des Reds en finale ce samedi (3-1) contre le Real Madrid, Gareth Bale vole la vedette au Pharaon d’Anfield. Auteur d’un doublé décisif dont un but d’anthologie, le Gallois a illuminé la rencontre après son entrée en jeu à Kiev. Mais que Mohamed Salah se rassure, il figure bien sur la couverture des journaux anglais, souvent en larmes après sa sortie sur blessure au cours de la première période.

Bale renaît de ses cendres

Ainsi, le Daily Mail titre la première page de son édition des sports par « L’extase », en référence au retourné fantastique de Gareth Bale quelques minutes après avoir rejoint le terrain. Le terme « d’agonie » accompagne lui la détresse de son rival égyptien. Idem en une du Daily Star. « Un Bale épique » et grand héros du soir offre un contraste saisissant avec la tristesse de Mohamed Salah après le coup de sifflet final, inconsolable dans les bras de Jürgen Klopp.

Des Madrilènes « légendaires » et « invincibles »

En Angleterre, le titre d’Invincible est pour l’instant réservé aux joueurs d’Arsenal sacrés champion en Premier League lors de la saison 2003-04. Mais ce dimanche, la presse espagnole a aussi trouvé les siens. Marca s’amuse ainsi à changer deux lettres du mot par le nombre de C1 remportées par le le Real avec « Invenc13les ! ». Chez les journaux pro-barça comme Sport et Mundo Deportivo, on s’intéresse plus à la saillie médiatique, à la « bombe », lâchée par Cristiano Ronaldo à l’issue de cette finale. ABC et La Razon s’accordent eux sur le terme de légende pour décrire ce Real Madrid, quadruple vainqueur de la Ligue des champions lors des cinq dernières éditions.

Karius, la cible idéale

Sans surprise, l’autre héros malheureux de la rencontre se nomme Loris Karius. Si la presse affiche son soutien pour Mohamed Salah, le gardien des Reds ne reçoit aucun soutien, ni réconfort. Un peu à l’image de sa solitude après le match – il pleure à genou pendant quelques instants sans voir un seul partenaire venir le réconforter – où les Madrilènes seront finalement les premiers à venir tenter de le consoler, l’Allemand se retrouve seul dans la tempête. L’édition dominicale du Times, le Sunday Times, reprend ainsi les mots de Loris Karius pour évoquer l’échéance continentale. « Je suis désolé, je nous ai coûté la finale » accompagne alors une photo du gardien, mains sur le torse, en plein repenti. Finalement, c’est peut-être le Sunday World qui résume le mieux cette nuit ukrainienne. Le journal britannique a réalisé un montage de la seconde boulette de Loris Karius, de la célébration de Gareth Bale puis des larmes de Mohamed Salah.